lundi 8 avril 2019
par  PY

CONTRE LA RÉPRESSION SYNDICALE ET LES VIOLENCES POLICIÈRES !

Manifestation le 13/04/19


- ARDÈCHE : Aubenas, Place de la Paix, 10h / Privas, Préfecture, 10h30 / Annonay, Place des Cordeliers, 10h.

"Loi anti-manifestation" on en veut toujours pas !

Communiqué Solidaires du 5 avril 2019

Le Conseil constitutionnel a invalidé jeudi 4 avril, l’article 3 de la loi « anti-manifestation » qui avait été votée le 12 mars dernier.

Pour Solidaires, s’il est important que cet article ne figure plus dans la loi, il faut cependant bien dénoncer que ce n’est pas le fait que le Préfet puisse interdire de manifester à une personne qui a été retoqué, mais uniquement les conditions dans lequel il peut le faire ! Ce qui laisse la voie à une réécriture de cet article par la suite pour reprécisez ces conditions…

La preuve en est aussi que le fichage des personnes interdites de manifester n’a pas été sanctionné par le conseil constitutionnel.

Il faut surtout dénoncer aussi que c’est aussi de fait, l’ensemble des autres dispositions néfastes de cette loi au final « anti-manifestation » qui persiste et sera opposable à tous ceux et celles qui veulent manifester :

  • fouilles des bagages et véhicules à proximité d’une manifestation, et ce, dans le but de chercher des armes ou des armes par destination... en sachant que récemment ce motif des « armes par destination » a servi à écarter des manifestants pacifiques.
  • interdiction de se dissimuler le visage : alors que les choix de maintien de l’ordre avec l’utilisation massive des gaz depuis la loi travail obligent à se protéger pour pouvoir défiler, une simple protection par un foulard sera passible désormais d’ 1 an de prison et de 15 000 euros d’amendes.

Solidaires appelle à manifester le 13 avril pour demander l’abrogation de cette loi anti-manifestation, contre les répressions syndicales et les violences policières.

Appel à manifester le 13 avril contre les répressions syndicales en cours et les violences policières

Motion adoptée par le Comité national Solidaires des 3 et 4 avril 2019

Le Comité national de l’Union syndicale Solidaires réuni le 3 et le 4 avril dénonce et condamne fermement toutes les répressions et violences policières à l’encontre du mouvement social.

Nous syndicalistes, combattons depuis plusieurs années des politiques qui vont à l’encontre des droits des salarié-es du privé comme de la fonction publique, du pouvoir d’achat, des conditions de travail, de la protection sociale et qui laissent sur le bord du chemin nombre de personnes dans la précarité, au nom de la productivité et d’un capitalisme qui compromet l’avenir de la société elle même.

Aujourd’hui, mettant en ouvre les politiques libérales poussées à leur terme, incapable de répondre aux enjeux de la situation actuelle et à la colère sociale exprimée ces derniers mois, ce gouvernement choisit ostensiblement la réponse répressive à l’encontre de tous ceux et celles qui portent un autre projet de société. Ce qui se traduit par des sanctions administratives, l’autorisation de licenciements à l’encontre de représentants syndicaux sous l’aval de la ministre du travail, des mises en examen, des condamnations judiciaires des militant-es syndicaux et plus largement du mouvement social.
Ce qui se traduit par le détricotage des libertés publiques avec la loi anti-manifestation maquillée en loi anti-casseur, les interventions des forces de police dans les lycées, collèges, à l’encontre des douaniers, des salarié-es et l’usage de la force illégitime et disproportionnée à l’encontre des manifestant-es gilets jaunes, jeunes, et population des quartiers.

Les habitant-es des quartiers populaires subissent une stigmatisation et une répression continue de la part des « forces de l’ordre ». Les combats sociaux dans ces quartiers sont réduits au rang d’émeutes et sont systématiquement criminalisés.

Depuis des mois, des Gilets jaunes ont été condamnés ou sont mis en détention préventive automatiquement suite à leur refus de comparution immédiate, ou mis en garde à vue sans avoir rien fait depuis des mois, actant une utilisation répressive faites des procédures judiciaires, sur instruction des parquets.

Les postier-es de Sud postaux 92 en grève depuis un an, dont certains licenciés suite à leur lutte, se voient convoqués devant un juge d’instruction pour des actions syndicales datant de 2014. Nous condamnons fermement la mise en examen de Gaël Quirante et de 3 de ses collègues, qui a eu lieu cette semaine.

Antony de Sud Commerce a été licencié par la ministre du Travail contre l’avis de l’inspection du travail récemment.
Dosso, représentant de section syndicale SUD Industrie à Vélib, est convoqué à un entretien de licenciement alors que les élections professionnelles approchent.

Plusieurs enseignant-es du collège République à Bobigny, dont 3 de Sud Education, se voient muté-es d’office, ou menacé-es de sanctions administratives après des années d’investissement et d’enseignement dans leur collège.

Quarante militant-es et agent-es des finances publiques en lutte depuis neuf semaines dans la Haute-Garonne ont été convoqué-es au tribunal administratif en référé ce jour par leur direction locale, après des lettres les menaçant de sanctions remises par des huissiers y compris à leur domicile et font l’objet de demandes de dommages et intérêts de 1000 € chacun-e par jour de blocage.

Gaëtan, militant de Solidaires groupe RATP, des cheminot-es de SUD-Rail sont toujours sous la menace de licenciements ou sanctions.

Des dizaines de journalistes ont été agressé-es ou blessé-es par les forces de l’ordre alors qu’ils/elles ne faisaient que leur travail en couvrant les mobilisations et manifestations.

Des militant-es écologistes, des militant-es dénonçant les violences policières et plus d’une centaine de blessé-es graves de ces derniers mois, sont menacés judiciairement, mis en garde en vue. Rien que s’agissant du mouvement des Gilets jaunes, les chiffres sont effrayants : près de 10 000 interpellations ayant débouché sur près de 2 000 condamnations dont 800 à de la prison ferme. Rappelons les 22 éborgné-es, les 5 mains arrachées et Zineb Redouane, personne décédée le 1er décembre suite aux blessures provoquées par une grenade sur son balcon au 4 ème étage à Marseille ! La surenchère sécuritaire a même porté la violence dans des villes où les manifestations se succédaient dans le calme samedi après samedi.

Geneviève Legay d’ATTAC a été gravement blessée alors qu’elle manifestait pacifiquement à Nice, après des déclarations niant l’implication des CRS par le ministre de l’Intérieur, le procureur a dû revenir sur ses propres déclarations qui allaient dans le même sens…

L’Union syndicale Solidaires alerte sur toutes ces dérives qui actent le recul des libertés syndicales, des libertés d’opinion et de manifestation et sera aux côtés de tous celles et ceux qui les subissent et condamne ces dérives autoritaires qui vont à l’encontre d’une véritable démocratie. Le gouvernement prend prétexte des mobilisations sociales pour mettre en place les bases d’un état autoritaire en s’appuyant sur l’intensification des outils répressifs policiers et judiciaires. Dans un contexte de montée des racismes et de l’extrême droite, il est urgent d’avoir des réactions unitaires les plus larges possibles. Pour l’union syndicale Solidaires, ces répressions doivent, au contraire, avoir pour effet de cimenter la solidarité entre ceux et celles qui luttent.

L’Union syndicale Solidaires appelle à se mobiliser en solidarité avec tous les camarades qui subissent ces répressions et à participer aux initiatives de soutien et aux rassemblements.

L’Union syndicale Solidaires appelle à manifester massivement sur tout le territoire le samedi 13 avril contre la loi « anti-manifestation », les répressions syndicales et du mouvement social, et contre les violences policières et sera de toutes les mobilisations visant à populariser ces combats essentiels.


Articles les plus récents

lundi 8 avril 2019
par  PY

RÉSISTER À « L’ÉCOLE DE LA CONFIANCE », CONSTRUIRE L’ÉCOLE DU COMMUN

Lundi 3 Juin 2019 - bourse du travail de Grenoble
8h30 - 9h00 : accueil café (on a trouvé le bouton de la cafetière…) 9h - 10h30 : Formation juridique - Mieux connaitre ses droits pour se défendre (...)

samedi 30 mars 2019
par  PY

4 AVRIL : EN GREVE !

ARDÈCHE : Privas, DSDEN, 10h30.
DROME : Valence, RDV 14h Inspection académique (prises de paroles, Blanquer Game, Audience), 15H Départ Manifestation pour le Champ de Mars
ISÈRE : Grenoble, LE 3 (...)

vendredi 22 mars 2019
par  PY

MOUVEMENT INTRA-ACADEMIQUE 2nd DEGRE 2019

DERNIÈRE MINUTE : il est encore possible de modifier ses vœux jusqu’au jeudi 11 avril et son barème en rouge sur la confirmation avant de l’envoyer. Après, c’est encore possible de le faire en envoyant (...)

vendredi 22 mars 2019
par  PY

BARRES INTRA-ACADÉMIQUES 2018 PAR DISCIPLINE

N’hésitez pas à consulter vos élu-es SUD éducation :
par mél : mutations@sudeducationgrenoble.org
par téléphone : 04.76.09.67.76 (laissez vos coordonnées mél et téléphone en précisant votre (...)

vendredi 22 mars 2019
par  Régis

STAGE SYNDICAL Pédagogies émancipatrices et Luttes de classe(s)

Les pédagogies émancipatrices :
pour lutter contre les inégalités sociales à l’école ?
pour l’émancipation politique ?
pour contrer l’école du tri social ?
Avec conférences, ateliers pratiques, (...)

jeudi 14 mars 2019
par  Laure

Bulletin mensuel mars 2019

Au menu :
1) Vendredi 15 mars : en grève avec la jeunesse pour le climat 2) Organisation de débats dans les lycées le 15 mars sur l’environnement : un grossier contre-feu 3) Le 19 mars : ramenez vos (...)

mercredi 13 mars 2019
par  PY

19 MARS : C’EST LA GRÈVE !

ARDÈCHE : Privas, Préfecture, 10h30 / Annonay, Super U, 14h30 / Aubenas, rond-point Ponson, 14h30 / Le Teil, place Pierre Semard, 10h30 / Tournon, kiosque, 14h.
DRÔME : Valence, AG Maison des (...)

lundi 11 mars 2019
par  PY

ÉCOLE DU SOCLE...

L’Assemblée nationale a adopté le 15 février en 1ère lecture de la « loi Blanquer » la possibilité de création d’« établissements publics des savoirs fondamentaux » (EPSF). Tout cela par le biais d’un (...)

lundi 11 mars 2019
par  PY

ULIS COLLEGE : LE RAS LE BOL

Depuis quelques années, c’est le grand n’importe quoi dans les dispositifs ULIS collège de l’Isère. Il est urgent d’améliorer les conditions de travail. Les enseignants coordonnateurs demandent donc (...)

vendredi 22 février 2019
par  PY

« L’ECOLE DE LA CONFIANCE » DE BLANQUER EST LIBERALE ET AUTORITAIRE

Rappelons que « l’école de la confiance » est basée sur le gel de point d’indice depuis 10 ans, les fermetures de classes voire d’écoles, l’explosion des effectifs... Mais la loi Blanquer n’est pas qu’une (...)

jeudi 21 février 2019
par  PY

APPEL DU COLLECTIF DES PERSONNELS GRENOBLOIS POUR LA DEFENSE DU SERVICE PUBLIC D’EDUCATION

Mobilisons-nous lors des « Nuits de la Résistance » :
devant le lycée Stendhal, jeudi 7 Mars de 17h 21h
devant le lycée des Eaux Claires, jeudi 14 Mars, de 17h-21h
devant le lycée Vaucanson, (...)

mardi 12 février 2019
par  Laure

Bulletin mensuel février 2019

1) L’extrême droite est, toujours, notre ennemie ! 2) Bilan des mobilisations dans le 74 3) Gilets Jaunes : solidarité ! 4) Mouvement contre les réformes Blanquer 5)- Tout va très bien, Madame la (...)

Agenda

<<

2019

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 9 avril 2019

Publication

694 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
40 Auteurs

Visites

57 aujourd’hui
57 hier
214800 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté