Après la suppression des notes pour les élèves, celles des profs ?

vendredi 25 mars 2011

Non, rassurez-vous, les chefs ont de beaux jours devant eux et ce ne sont pas les derniers cadeaux faits aux proviseurs et aux recteurs qui viendront nous contredire. Simplement les modalités du contrôle hiérarchique vont évoluer…et pas forcément dans le bon sens. En effet les méthodes en vogue dans la gestion des ressources (in)humaines des entreprises vont être déployées dans l’Education Nationale. Ce n’est pas une nouveauté, nos collègues ouvriers et administratifs officiant dans notre noble institution y sont soumis et on pu juger de la perversité de ce protocole. Ces techniques de management ont été largement éprouvées à La Poste et à France Télécom avec le funeste succès qu’on connaît. Les entretiens individuels tels qu’ils sont préconisés par notre cher ministre ne sont pas autre chose qu’une belle saloperie qui permettra aux chefaillons de démonter celui dont la tête ne lui reviendra pas. On ne regrettera pas pour autant l’ancien dispositif c’est pourquoi nous militons pour le refus d’inspection (et c’est parfaitement légal).
Mais pour en revenir à notre propos, il n’y a qu’à juger sur pièce.
"Le fonctionnaire bénéficie (sic !) chaque année d’un entretien professionnel qui donne lieu à compte rendu. Cet entretien est conduit par le supérieur hiérarchique direct", précise le décret signé par Luc Chatel. "L’entretien professionnel porte principalement sur : 1° Les résultats professionnels obtenus par le fonctionnaire eu égard aux objectifs qui lui ont été assignés et aux conditions d’organisation et de fonctionnement du service dont il relève. 2° Les objectifs assignés au fonctionnaire pour l’année à venir…, 3° La manière de servir du fonctionnaire" etc.
Et voici ce que précise le décret en question.

Article 7
Au vu de leur valeur professionnelle appréciée dans les conditions prévues au chapitre Ier du présent décret, il peut être attribué aux fonctionnaires, dans chaque corps, des réductions ou des majorations d’ancienneté par rapport à l’ancienneté moyenne exigée par le statut du corps pour accéder d’un échelon à l’échelon supérieur, selon les modalités définies aux articles suivants.
Il ne peut être attribué chaque année au même agent plus de trois mois de réduction ou de majoration d’ancienneté.
(...)

Article 10
Des majorations de la durée de service requise pour accéder d’un échelon à un échelon supérieur peuvent, après avis de la commission administrative paritaire compétente, être appliquées aux fonctionnaires dont la valeur professionnelle est insuffisante, par décision du chef de service.

Pour résumer si vous faites passer les évaluations avec zèle, si vous remplissez le livret de compétences sans sourciller, si vous prenez toutes les heures sup’ qui dégomment chaque année la DHG, en gros si vous vous tirez une balle dans le pied le chef vous récompensera. Dans le premier degré, la possibilité de conduire cet entretien pourra être déléguée au conseiller pédagogique ou au directeur d’école. Si ça ce n’est pas un signe de l’arrivée de chefs d’établissements dans le premier degré… ?
Comme d’habitude, si vous avez envie d’occuper vos insomnies le décret est ici : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022593931&dateTexte=&categorieLien=id


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 12 janvier 2018

Publication

621 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

10 aujourd’hui
58 hier
165453 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés