Bulletin hebdo du 27 janvier 2012

dimanche 29 janvier 2012

1- Dernières infos CNRBE :

Nous ne saurions trop vous conseiller de suivre attentivement l’actualité du CNRBE (Collectif National de Résistance à Base Elèves) : http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2012/01/26/dernieres-nouvelles/

Vous connaissez déjà certainement toutes et tous ce collectif, mais il est nécessaire d’en suivre l’actualité.
C’est une mine pour décrypter tout ce qui se passe aujourd’hui dans l’Education nationale et agir !

 

2- Ze privé is not dead ! (Faudrait songer à achever la bête parce qu’elle est teigneuse...)

Petit retour en arrière, utile à nos yeux… Les médias qui ont relayé la journée de grève du 27 septembre 2011 avaient particulièrement insisté sur la présence d’enseignant du privé dans les cortèges.
L’information ainsi reconstruite pouvait laisser penser que les attaques gouvernementales contre l’Ecole frappaient indistinctement l’enseignement public et l’enseignement privé.
Dans notre presse nous n’avions pas manqué d’alerter sur la nécessité de faire preuve de discernement quant à cette présentation des faits.
Nous présenterons ici deux exemples qui viennent étayer notre regard critique, car le privé tire magnifiquement son épingle du jeu et continue son lobbying forcené !
 

- Premier exemple : L’enseignement privé n’est pas en danger, il se porte même très bien !

Le dernier CDEN de Paris (Conseil départemental de l’éducation nationale, instance qui réunit l’académie, la mairie de Paris, les représentants des parents d’élèves FCPE et PEEP, les syndicats représentatifs dont SUD, la ligue de l’enseignement ...) était consacré au bilan de la rentrée dans le premier degré et le second degré. A la rentrée scolaire 2011, l’académie de Paris a connu un accroissement important des effectifs de l’enseignement privé au détriment de l’enseignement public.

Certes, la part du privé a toujours été importante à Paris, mais ce n’était pas partout et à tous les niveaux.


Ce qui est nouveau :

 - Tous les secteurs sont concernés : école primaire (maternelle et élémentaire) privée sous contrat et hors contrat (pour lequel le recensement n’est pas exhaustif), jusqu’alors relativement peu attractive, qui reçoit au moins 450 élèves supplémentaires (l’école publique en perd 600) par rapport à l’an dernier

 - Les collèges privés (sous contrat, car le recensement des hors contrat n’est pas fait) engrangent 228 élèves supplémentaires (plus que prévu) et ceux du public 621 élèves en plus (inférieur aux prévisions académiques)

 - Dans le 2nd cycle général privé sous contrat les effectifs augmentent (+ 268 élèves) alors qu’ils baissent dans le public (- 143 élèves)

 - La part du privé augmente à Paris, faisant même de cette académie la deuxième de France (après Nantes) pour l’enseignement secondaire privé

  - Le privé hors contrat se développe considérablement (ce qui est inédit)

 - Le privé (y compris hors contrat) s’est implanté sérieusement dans les quartiers populaires, sur les territoires des ZEP, au-delà de ses espaces traditionnels (centre de Paris et beaux quartiers), et il prend sa part dans la scolarisation des enfants handicapés.
 
Au-delà du constat statistique, SUD éducation est intervenu vigoureusement pour dénoncer cette évolution comme résultant de la politique gouvernementale de destruction du service public et d’une offensive idéologique.
Nous avons exprimé la position de SUD éducation d’opposition à l’existence même d’un secteur concurrentiel privé à l’enseignement public.
Conscients que cette évolution des parcours scolaires et des choix des familles doit être perceptible dans nombre d’académies, nous avons la volonté d’abord de l’appréhender en recherchant toutes les informations à ce sujet (effectifs et moyens des écoles privées, flux et sociologie des élèves, résultats aux examens ...) ensuite de la combattre.
 

- Deuxième exemple : Quand l’enseignement catholique file des idées au gouvernement. Ben tiens…

L’enseignement catholique, via une note du SGEC (Secrétariat Général à l’Enseignement Catholique) de quatre pages, préconise une série de mesures dites alternatives, mesures supposées réduire l’emploi public en évitant de toucher au “tissu des établissements” et “aux offres de formation”.

Voilà le détail des mesures alternatives que l’enseignement catholique se dit prêt à expérimenter.
Notre avant-garde éclairée à la lumière d’un cierge doit avoir la langue bien chargée après tout ça… :

- Réduction du volume horaire d’enseignement des élèves (qui est selon le SGEC l’un des plus élevés d’Europe)

- Réduction du nombre d’options dans les enseignements du second degré, (très consommatrices selon le SGEC, d’heures d’enseignement pour des effectifs très réduits)

- Réduction ou regroupement des matières enseignées, notamment dans les lycées technologiques et professionnels : un prof au lieu d’avoir 2 x 2 heures avec deux classes d’une même série, aura 2 heures avec le double d’élèves

- Gestion annualisée et non plus hebdomadaire de l’obligation réglementaire de service des enseignants (ORS) qui tienne compte du fonctionnement des établissements dont le rythme de travail n’est pas linéaire sur l’ensemble de l’année.
Traduction : un certifié qui fait actuellement 18 h hebdo sur 36 semaines pourrait en faire 15 sur 43 semaines

- Développement de l’enseignement à distance : circulaire du MEN du 11 mai 2011 propose d’étendre le dispositif dès la rentrée 2012 = réduction des coûts en termes d’emplois = menace sur certains enseignements à petits effectifs (grec, latin, etc.)

- Gestion intercommunale des établissements du premier degré permettant une utilisation optimale des moyens d’enseignement censé permettre un meilleur fonctionnement des écoles

- Nouvelle gestion de la dotation globale horaire (DGH) des établissements (globalisation, annualisation...) : il s’agit notamment de transformer les HSA en HSE, le chef d’établissement devrait disposer d’une dotation globale unique à partir de laquelle il pourrait, en fonction des spécificités de l’établissement qu’il dirige et des besoins de tout ou partie des élèves, organiser au mieux les enseignements. Il existe une note interne du SGEC selon laquelle le MEN (Ministère de l’EN) s’apprête à diffuser une note aux Recteurs attribuant aux chefs d’établissements privés la possibilité de transformer les HSA en HSE.
Il s’agit, selon le SGEC, d’assouplir les règles d’attribution et de gestion de la DGH des établissements privés

 
Petit lexique pour une meilleure compréhension :

D.G.H. : Dotation Horaire Globale, c’est l’enveloppe d’heures attribuées par le Rectorat à l’établissement pour assurer les enseignements l’année suivante. Ce nombre est exprimé en nombre d’heures allouées par semaine pour l’ensemble des élèves de l’établissement (on parle de rapport H/E).
La DGH contient deux types de moyens. Les heures postes et les HSA.

Heures postes : On appelle “heures postes”, les heures de la DGH qui sont attribuées pour faire fonctionner l’établissement avec des professeurs en poste, c’est-à-dire titulaire de leur emploi dans l’établissement. Un certifié par exemple doit avoir 18 heures postes.
Dans les faits, il travaillera 18 h pendant 36 semaines mais sera payé tous les mois.

H.S.A. : Les Heures Supplémentaires Annuelles sont des heures supplémentaires que l’on peut donner aux professeurs en plus de leur service obligatoire.
1 H.S.A. correspond à 1 heure par semaine pendant toute l’année scolaire (soit 36 semaines ce qui veut dire concrètement que le maître qui a 1 HSA fait dans l’année 36 heures en plus de son service réglementaire mais cette HSA est payée sur 9 mois, elle n’est pas payée de juillet à septembre).

H.S.E. : Les Heures Supplémentaires Effectives ne relèvent pas de la DGH, ce sont des heures supplémentaires attribuées par le Rectorat en fonction de projets d’établissement et payées aux professeurs à l’unité.
Les H.S.E. servent à rémunérer des actions (soutien, études dirigées, théâtre, etc.) qui n’ont pas lieu toutes les semaines de l’année. Financièrement, elles sont moins “intéressantes” que les HSA.


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 13 novembre 2018

Publication

660 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

44 aujourd’hui
67 hier
196763 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés