Bulletin hebdomadaire du 4 mai 2012

vendredi 4 mai 2012

1- Le changement c’est... n’importe quoi.

Madame Lesko vient de voir changer l’intitulé de son poste. Elle était « Inspectrice Académique », elle est devenue « Directrice des services départementaux de l’éducation nationale ».

Il semblerait toutefois que ce changement d’appellation cache un léger changement de profil de poste.

En effet, parmi les nouvelles missions qui lui sont confiées, celle de « responsable de casting du cinéma français » lui est dorénavant assignée.

Les écoles iséroises ont donc reçu cette semaine, à la demande du ministre, un courrier de Mme Lesko les invitant à aider Nicolas Vannier, réalisateur, à dégoter un « petit Sébastien » entre 6 et 8 ans ainsi qu’une petite fille. Le tout pour le tournage prochain de « Belle et Sébastien » ! Il semble donc que le casting du clébard n’ait pas posé de problème au Ministère...

2- Soutien aux « 4 de Tours » !

1) Petit rappel des faits :

Hortefeux et la meute des honnêtes gens…

« C’est la meute des honnêtes gens qui fait la chasse à l’enfant » (Prévert). En février 2010, des membres de RESF (Réseau Éducation Sans Frontières) s’alarment du fait que la préfecture d’Indre et Loire interviendrait auprès de directeurs d’établissements scolaires pour que ceux-ci lui fournissent les fichiers Base élèves contenant les noms, adresses et nationalités de ces derniers. RESF et le collectif Soif d’utopie décident alors d’écrire un communiqué dans lequel ils s’inquiètent de l’usage de ces fichiers par les services préfectoraux.

Voici le communiqué en question :
"LES BALEINIERS ! Ces chasseurs de mammifères marins, pour arriver à leurs fins, s’en prenaient parfois aux baleineaux pour attirer à eux ’’les parents baleines’’.
Cette technique de chasse aux enfants a eu son heure de ’’gloire’’ pendant une des périodes les plus sombres de notre histoire contemporaine. Les nervis de Vichy ont en effet utilisé les enfants pour pouvoir aider à la déportation de ces derniers et de leurs parents. Il semblerait que certains fonctionnaires préfectoraux, particulièrement zélés, s’inspirent de nouveau de la chasse à la baleine. Actuellement, les fichiers, comprenant la liste des élèves et leur adresse (par exemple Base élèves), sont constitués dans chaque établissement. Certains fonctionnaires préfectoraux interviennent auprès des directeurs d’établissement pour que ceux-ci leur transmettent la nationalité des parents. C’est illégal ! Il y a de réels soupçons en Guyane, en Ile et Vilaine et en Indre et Loire. Nous nous inquiétions, dans le contexte xénophobe actuel, de l’usage des dits fichiers. Ne vont-ils pas servir, à travers les enfants, de moyen d’arrêter, de placer en rétention, d’expulser des familles sous prétexte qu’elles n’auraient pas de papiers ? Nous ne pouvons accepter cette chasse à l’homme, cette instrumentalisation des enfants et de leurs enseignants. Aucun être humain ne doit devenir un gibier pour l’Etat."

Les procès des « 4 de Tours »

C’est sur la base de la référence au régime de Vichy qu’un certain Brice Hortefeux, proche de Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa et ministre de l’Intérieur à l’époque, porte plainte contre 4 militants (les 4 de Tours), pour « diffamation publique contre une administration publique ».

Reporté par 3 fois, pour d’obscures raisons, le procès (en première instance) se déroule le 5 avril 2011 devant le Tribunal Correctionnel de Tours. Le Tribunal relaxe un des 4 militants poursuivis et condamne les trois autres, individuellement, à une amende de 500 € avec sursis et à verser 300 € à la partie civile, et, solidairement, à régler 3000 € au titre des frais de justice. Mais les condamnés font appel.
La Cour d’appel d’Orléans, dans un arrêt du 10 avril 2012, aggrave les peines des trois camarades déjà condamnés en première instance, et double notamment le montant dû à la partie civile (le Ministère de l’Intérieur), au motif que la procédure fut « longue et difficile » (sic.!).
Ce sont donc désormais 6000 € dont doivent s’acquitter, solidairement, les condamnés. A quoi il convient d’ajouter 120 € chacun pour frais de justice, et 300 € chacun de dommages et intérêts – l’amende de 500 € chacun étant assortie du sursis. Les trois condamnés se sont pourvus en Cassation. Mais, un pourvoi en Cassation n’est pas suspensif.
Il faut donc payer, même s’ils voient dans les peines prononcées une forme de racket dont le but est évidemment de toucher les militants au porte-monnaie, et d’entamer leur détermination à poursuivre leur combat contre l’arbitraire du pouvoir.

2) Aujourd’hui :

Un appel au soutien financier

C’est pourquoi ils lancent avec leurs soutiens un appel pressant à la solidarité, pour que le fardeau financier soit partagé entre tous ceux qui demandent leur relaxe, parce qu’ils partagent leur dénonciation de la chasse aux étrangers, et des moyens qu’elle emploie, rappelant un passé honni.

Voici donc ce qu’ils proposent à l’instar de ce qui se pratique dans d’autres luttes collectives qui recourent aux « payeurs volontaires » :

a) Chacune et chacun d’entre vous fait un chèque d’un montant qui peut être très modique (2 ou 3 euros) à l’ordre de « Agent judiciaire du Trésor » (c’est la partie civile, pour qui il faut trouver 6000 €) ; vous envoyez ce chèque à Solidaires 37, La Camusière, Maison des syndicats, 18 rue de l’Oiselet, 37550 SAINT-AVERTIN.

Une fois la somme atteinte, nos trois camarades déposeront cette multitude de chèques entre les mains de la partie civile, avec ce message : « des milliers de personnes solidaires partagent la responsabilité politique des actes qui sont reprochés à trois militants ».

b) Vous pouvez aussi faire vos dons de façon plus classique à l’ordre de Solidaires 37, et les envoyer à l’adresse ci-dessus. Ils seront ensuite répartis selon les besoins. Comité de soutien aux 4 de Tours.
Contact : 02 47 61 51 08 Mail : contact@baleiniers.org
Plus d’informations ici : http://baleiniers.org

3- Affelnet : le bug !

Des directeurs d’école de Haute-Garonne, utilisant AFFELNET, ont eu la surprise de voir apparaître sur leur écran, lors d’une demande d’impression de leur liste d’élèves de CM2, tous les élèves de CM2 de plusieurs départements de Midi Pyrénées.

Ceci est inquiétant concernant la sécurisation des données. Ces faits donnent raison à toutes celles et ceux qui s’opposent au fichage des élèves (Base élèves, SCONET, LPC, …) et des enseignants et va à l’encontre de tous les beaux discours de l’administration se voulant rassurants.

4- Scoop !

C’est déjà le cas dans le second degré et c’est déjà insupportable. C’est parti dans le premier degré.

Dans de nombreux départements, dont l’Isère, les Inspections Académiques embauchent à Pôle emploi, ou directement, des enseignant-e-s précaires en CDD, pour des contrats de quelques mois. Ces contractuels se retrouvent sans aucune formation à devoir faire fonction de professeur des écoles.

Cela montre bien la volonté de l’Etat de briser la résistance des fonctionnaires et de mettre fin à leurs statuts. L’acceptation d’un tel changement est trop lourde de conséquences pour que nous ne réagissions pas fortement et collectivement.

SUD éducation exige l’arrêt immédiat de l’embauche de précaires, la titularisation des précaires sans conditions de concours ni de nationalité.

Face au manque criant de personnel remplaçant, SUD éducation exige le recrutement massif de personnel fonctionnaire ainsi qu’une réelle formation professionnelle pour tous-tes.

Contre le chômage et la précarité, il faut recruter et titulariser !


Et le scoop alors ?

Nous sommes déjà en mesure de vous annoncer le prénom du futur ministre de l’Education nationale.

Ah bon ?!

Et oui ! Ce sera Paul, parce que Paul emploie...


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 13 novembre 2018

Publication

660 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

44 aujourd’hui
67 hier
196763 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés