Bulletin hebdomadaire du 7 septembre 2012

vendredi 7 septembre 2012

1-Première bonne résolution de rentrée : "Arrêtez de travailler, buvez !"

La femme la plus riche du monde, l’Australienne Gina Rinehart, héritière de l’empire minier fondé par son père, a moqué jeudi "les jaloux" qui passent plus de temps à boire qu’à travailler et demandé au gouvernement d’abaisser le salaire minimum pour attirer l’investissement.

Gina Rinehart, héritière et patronne du groupe Hancock Prospecting, possède une fortunepersonnelle estimée à 24 milliards d’euros.

"Si vous êtes jaloux de ceux qui ont plus d’argent que vous, ne restez pas assis à vous plaindre. Faites quelque chose pour gagner davantage. Passez moins de temps à boire, à fumer, travaillez plus ! Devenez l’un de ces individus qui travaillent dur, investissent et bâtissent, et dans le même temps créent de l’emploi et des opportunités pour les autres", a lancé Mme Rinehart.

Ces propos ne l’empêcheront certainement pas de continuer de trinquer (voir photo, c’est elle) à la santé de toutes les personnes qu’elle exploite dans le monde.

2- Deuxième bonne résolution : « Ne pas croire ce que disent les chefs » :

Interviewé par la presse locale, M. Audéoud notre recteur, annonce « une meilleure rentrée que les précédentes dans l’Isère ». Du coup, l’occasion nous est donnée d’abonder dans son sens en vous présentant, pour corroborer ses dires, la situation de l’ASH dans le Nord Isère.

Avant cela, il nous faut remonter un peu dans le temps pour vous mettre dans l’ambiance : en fin d’année dernière au moins neuf collègues de l’enseignement spécialisé se sont vus proposer d’accueillir un 13e élève dans leur CLIS (la limite légale étant de 12 comme l’indique la circulaire n° 2009-087 du 17-7-2009). Cette proposition permettant alors si elle était acceptée de ne pas ouvrir une nouvelle CLIS. Ces enseignants ont, pour la plupart, refusé en faisant parvenir un courrier à l’IA et se sont donc retrouvés officiellement à 12 élèves dans leur CLIS à la rentrée.

Mais… Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, ces mêmes collègues ont vite appris que faute de place dans les structures post-CLIS, certains de leurs élèves allaient réintégrer une classe ordinaire.

Prenons le cas d’un élève d’une CLIS de Bourgoin-Jallieu qui ayant un petit niveau CE1 se retrouve à temps complet en CM1-CM2 sans AVS. On vous passe les détails sur tous les problèmes liés à ce choix. De plus, cet élève ne devrait plus être à l’école élémentaire qui accueille les enfants jusqu’à 11 ans puisqu’il est né en 2000. Et malheureusement les exemples de ce type fleurissent…

Alors nous aussi, comme Olivier Audéoud, sommes bien contents d’être rentrés !

Quel beau métier professeur...

3-Troisième bonne résolution : "Faire des rencontres."

Mardi 11 septembre :

La Confédération paysanne appel à rassemblement.

Rendez-vous à 13h30 pour accompagner Martin à sa comparution.

Lieu : Cour d’appel de Grenoble Place Firmin Gautier (Tram B arrêt « Palais
de Justice », derrière la Gare SNCF)

Contexte : retour sur l’affaire...

En mai 2011, après plusieurs contrôles et pressions des services vétérinaires, Christian Beylon,éleveur à Chabeuil, recevait un nouveau contrôle de la DDPP (Direction Départementale de laProtection des Populations).
La Confédération paysanne de la Drôme a donc décidé d’accompagnerChristian Beylon, afin de le soutenir et de sensibiliser la DDPP sur la difficulté pour de petites structures avicoles à suivre les normes qui s’appliquent aux bâtiments de taille plusconséquente. Peu habituée à la contradiction et impressionnée par les manifestants, la contrôleuse a paniqué et n’a pas terminé son travail. C’est ainsi que le Préfet de la Drôme a porté plainte contre Christian Beylon et Martin De Douhet, qui représentait la Confédération paysanne de la Drôme.

Avec l’aide de quelques paysans, Christian a terminé la mise aux normes demandée, mais a été cité à comparaître au tribunal en janvier 2012. Il a été condamné au regard des faits qui lui étaient reprochés (entrave à l’exercice d’un contrôle par un agent de la DDPP). La peine a été relativement
légère, en comparaison des sanctions demandées par le Procureur de la République.
La Confédération paysanne de la Drôme n’a pas fait appel de cette condamnation. Martin De Douhet a finalement été relaxé car il n’était pas présent lors du contrôle sur l’élevage !

Le procès en appel : un acharnement incompréhensible

Aujourd’hui, de façon assez incompréhensible, le procureur fait appel de la décision concernant Martin De Douhet et le cite à comparaître devant la Cour d’Appel de Grenoble le 11 septembre prochain !
Pourtant, plusieurs témoins confirmeront sans mal que Martin est arrivé après le contrôle sur l’élevage de Christian Beylon le 27 mai !

Que signifient cette pression et cet acharnement suite à une action syndicale parfaitement non violente ?

Ce procès doit être l’occasion de rappeler notre droit syndical et nos valeurs paysannes pour la défense de tous les paysans.

Christian Roqueirol représentera le Secrétariat National de la Confédération paysanne et témoignera pour la défense de Martin.

Venez nombreux pour soutenir Martin et refuser la pression anti-syndicale

Samedi 22 septembre :

- 10H : cérémonie de parrainage de personnes sans papiers organisée par l’APARDAP à Chirens, Place de la Mairie.

- 14H30 à 18H30 : à l’initiative de l’intersyndicale iséroise en soutien aux travailleurs sans papiers, au jardin de ville de Grenoble, stands d’information et concerts !

Samedi 29 septembre :

2ème forum national de la désobéissance à Grigny (69) à partir de 9H, Gymnase Colas - rue de la République


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 13 novembre 2018

Publication

660 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

44 aujourd’hui
67 hier
196763 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés