Bulletin hebdomadaire Isère du 12 avril 2013

dimanche 14 avril 2013

1- L’académie des infamies

Toujours en avance pour filer des mauvais coups, le département de l’Isère sera bien en retard d’une loi et ne pourra pas offrir aux collègues la possibilité d’exercer à 80% (rémunéré 85%). Il n’était pas possible de déroger à cette bonne vieille tradition iséroise consistant à écœurer la profession s’ajoutant à un mouvement aux règles ubuesques et aux conséquences désastreuses. « Manque de moyens » : C’est la très surprenante réponse de Mme Lesko, DASEN de l’Isère, pour justifier le non respect de la loi.

Dans le même temps l’assentiment donné à la cohabitation pour le moins déroutante de 7 dispositifs horaires dans le département n’a pas semblé effrayé nos responsables académiques au mépris des personnels. En d’autre temps au sujet du traitement réservé aux futurs stagiaires, Mme Lesko nous avait bien dit que « le pire n’était jamais certain ». Et pourtant...

Mais à force de cultiver le ressentiment et l’amertume des collègues il n’est pas sûr que le pire n’advienne pas pour ceux dont le leitmotiv a été de dégrader les conditions d’exercice des enseignants ces dernières années.

2- Pan dans les dents !

En parlant de dérive autoritariste, voilà des bonnes nouvelles de ceux qui s’étaient opposés à la férule académique au sujet de Base-élèves.

Le Tribunal Administratif de Grenoble vient d’annuler les décisions de l’Inspectrice d’Académie de l’Isère de retirer cinq journées de salaire à cinq directeurs d’école de l’Isère, Patricia Arthaud, Elisabeth Heurtier, Michel Duckit, Claude Didier et Rémi Riallan, et de retirer l’emploi de direction aux deux derniers cités, parce qu’ils avaient tous refusé d’inscrire leurs élèves dans le fichier Base élèves.

Les collègues concernés, le CIRBE (Collectif Isérois pour le Retrait de Base Elèves), les syndicats SNUIPP FSU, PAS 38 UDAS, SUD éducation et CNT éducation, se félicitent de ces décisions d’autant que les sanctions et pressions à l’encontre des directeurs se poursuivent dans d’autres départements.

Par ces jugements, ces tribunaux ont récusé les méthodes dont les Inspecteurs d’Académie ont usé pour faire plier les directeurs, soit en Isère : détournement de pouvoir et non respect des règles paritaires pour les retraits d’emploi de direction. En faisant pression sur les directeurs qui refusent de renseigner le fichier Base élève parce que leur éthique le leur interdit, et parce que des parents de leurs élèves se sont opposés à cette inscription, les Inspecteurs d’Académie, devenus aujourd’hui Directeurs Académiques des Services de l’Education Nationale, manifestent aussi leur mépris pour les familles qui souhaitent que l’on respecte leur vie privée. Le droit d’opposition pour motif légitime, rétabli par le Conseil d’Etat le 19 juillet 2010, ne fait l’objet d’aucune information aux familles, alors que la loi le prévoit. Les familles voient leurs demandes à faire respecter ce droit systématiquement rejetées, ce qui constitue l’objet de recours dans de nombreux Tribunaux Administratifs. Un rappel à la loi a été adressé au ministère de l’Education Nationale par le Parquet de Paris au sujet de l’absence d’information aux familles, dans le cadre du classement sans suites de 2103 plaintes contre X au sujet de Base Elèves. Mais un juge d’instruction a été saisi par 14 parents d’élèves de 14 départements et une instruction pénale est en cours.

Le fichage scolaire reste plus que jamais dangereux pour les libertés individuelles. Si les champs de Base Elèves ont été réduits en 2008, suite à une forte mobilisation citoyenne, l’Identifiant National Elève attribué à chaque première inscription autorise toutes les mises en relation des données des autres fichiers de l’Education Nationale créés depuis. Ainsi le Livret Personnel de Compétences, numérique, déjà développé dans le second degré et « expérimenté » dans des écoles, et Affelnet, fichier d’orientation des élèves lors du passage en collège ou en lycée, contiennent de très nombreuses données sensibles. A l’échelle européenne, Europass, dont la déclinaison française s’appelle le Passeport Orientation Formation, constitue un immense fichier liberticide des travailleurs et demandeurs d’emploi, contenant les compétences scolaires, grâce au lien établi entre école, formation et apprentissage. Au nom de la mobilité des travailleurs européens, ce fichier vise la destruction des conventions collectives.

Les données concernant les élèves doivent redevenir confidentielles et rester la propriété des enfants et de leurs familles, dans l’esprit des recommandations du Comité des Droits de l’enfant de l’ONU au gouvernement français, de 2010.

3- Massacre à la tronçonneuse :

Pascal Viné, le directeur général de l’ONF (Office National des Forêts), a annoncé lundi 8 avril que le DRH ne pouvait plus poursuivre sa mission face à « la situation sociale de l’établissement associée à des menaces personnelles ».
Deux nouveaux suicides en l’espace de 15 jours ont scellé le sort du DRH.
Le 12 février, sur l’île de la Réunion, un salarié se suicidait après avoir assassiné un directeur régional en pleine réunion de travail.

En attendant le remplacement du DRH, c’est Pascal Viné qui assurera l’intérim pour achever l’élaboration du plan d’action résultant de l’audit socio-organisationnel conduit en 2012 par Capital Santé qui avait révélé que 8,4 % des 4 900 répondants au questionnaire présentaient des symptômes d’état dépressif installé tandis que 59 % considéraient vivre un conflit de valeurs au point de « devoir protéger la forêt contre l’ONF ».

L’établissement couperait non seulement trop d’arbres, mais aussi trop dans ses effectifs. Ce drame porte en effet à 31 le nombre de suicides parmi le personnel de l’office depuis 2005 soit un tous les trois mois.

Tout ceci n’est que la conséquence du profond bouleversement que connaît l’office ces dernières années, avec l’introduction d’un management calqué sur le secteur privé, avec une individualisation et une pression terribles dans un contexte de suppressions d’emplois. Les agents entrés il y a trente ans dans un service public ne se reconnaissent plus dans le métier et doivent faire des choses contraires à leur éthique professionnelle. En vingt-cinq ans, les effectifs sont passés de 16 000 à 9 500. Le contrat d’objectifs signé avec l’État prévoit 600 nouvelles suppressions pour 2012-2016.

« Nous considérons que votre refus de vous engager fermement sur les questions d’emplois face aux tutelles est lourd de conséquence. Votre obstination à ne pas remettre en cause l’organisation du travail et le management par objectifs, en dépit des suicides qui frappent l’ONF et des conclusions de l’audit socio organisationnel, relève de la mise en danger de la vie d’autrui » , avertit le Snupfen Solidaires, dans un message adressé à la direction générale, le 4 avril, après le dernier suicide.

4- « Tchin-tchin ! »

Déclaration du cinéaste Ken Loach :

« Margaret Thatcher fut le premier ministre le plus diviseur et destructeur des temps modernes : chômage de masse, fermeture d’usines, des communautés détruites, voilà son héritage. Elle était une combattante et son ennemi était la classe ouvrière britannique. Ses victoires, elle les a obtenues grâce à l’aide des figures politiquement corrompues du Parti travailliste et de nombreux syndicats.

C’est à cause des politiques mises en place par elle que nous sommes aujourd’hui dans cette situation. D’autres Premiers ministres ont suivi son exemple, notamment Tony Blair. Elle a tiré les ficelles, il fut sa marionnette. Souvenez-vous qu’elle a qualifié Mandela de terroriste et qu’elle a pris le thé avec Pinochet, ce tortionnaire et assassin. Comment lui rendre hommage ? En privatisant ses obsèques. Faisons jouer la concurrence et allons au moins offrant. C’est ce qu’elle aurait fait. »

David Hopper, ancien responsable régional du syndicat des mineurs :

« C’est un jour merveilleux. Je suis ravi, Je bois un verre en ce moment précis. Je suis ravi. C’est mon 70e anniversaire aujourd’hui et c’est l’un des meilleurs de ma vie, Thatcher a fait plus de mal dans le nord-est que qui que ce soit d’autre. Il ne s’agit pas seulement des mines de charbon. Elle a entrepris de détruire les syndicats. Elle a décimé l’industrie, détruit nos communautés, l’Angleterre importe maintenant 40 millions de tonnes de charbon chaque année. C’est absolument scandaleux. Nous essayons d’organiser une fête tous ensemble le jour de ses funérailles. Il n’y aura pas beaucoup de larmes qui vont couler pour elle par ici. Je ne pense pas non plus que beaucoup regarderont les funérailles à la télé, ils regarderont sans doute du foot. »

Tandis que François Hollande a salué en Thatcher « une grande personnalité »... « Celle qui fut soucieuse du rayonnement du Royaume-Uni et de la défense de ses intérêts »...


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 13 novembre 2018

Publication

660 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

19 aujourd’hui
66 hier
196870 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés