Bulletin hebdo Isère du 6 septembre 2013

vendredi 6 septembre 2013

1- « Sabotage en bande organisée »

Quel bel intitulé ! C’est celui de la plainte qui a été déposée contre la SNCF suite à la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge au mois de juillet où sept personnes ont perdu la vie.

« Sabotage », « Bande organisée » : vous avez bien lu ! Pour les plaignants, le manque d’entretien du réseau, qui a occasionné le détachement d’une éclisse « résulte d’une entente entre la SNCF et RFF (Réseau ferré français) ayant occasionné la détérioration du réseau ferroviaire ». 



C’est donc la maintenance et l’entretien du réseau ferroviaire que visent cette plainte. L’avocat des victimes estime ainsi que « RFF n’a pas exécuté une convention conclue avec le Syndicat des transports d’Ile de France, qui l’obligeait à prévoir une maintenance renforcée sur certaines du réseau, considérées comme les plus critiques. »

Depuis de trop longues années, le service public ferroviaire est démantelé à la hache et nos camarades de Sud-Rail, notamment, en dénoncent les conséquences tant sur la sécurité des personnels que pour celle des usagers. De tels incident sont inévitables quand l’intérêt public laisse sa place au profit.

Ken Loach, pour dénoncer la privatisation des chemins de fers britanniques, nous avait offert l’excellentissime - mais dramatique - « The navigators », il y a douze ans. On peut le revoir aujourd’hui en se disant que c’est la même chose en France, malheureusement.

2- Lutte en bande organisée

Les entreprises du CAC 40 se gavent, le nombre de millionnaires, de milliardaires explose... et il n y’aurait pas de quoi financer les retraites ?

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires appellent à une journée nationale d’action interprofessionnelle de grève le mardi 10 septembre 2013 pour ne pas laisser les propositions du MEDEcFdt faire la loi.

(Plus d’infos sur le site national Sud éducation http://www.sudeducation.org/Greve-i...)

A Grenoble, Manifestation : départ à 10h00, Place de Verdun.

Autres manifestations en Isère :

Bourgoin-Jallieu, 10h, parking Diederichs 

La Tour du Pin, 14h, délégation à la sous-préfecture 

Roussillon, 10h, place de la République 

Vienne, 15h, rassemblement à la sous-préfecture

3- Mensonge en bande organisée

Cette année, l’opération de communication orchestrée par le ministère de l’Education nationale autour de la rentrée c’était du genre « taille mammouth » ! Tout y est passé et notamment le passage à la semaine de quatre jours et demi. Malheureusement, toute cette campagne n’a pas réussi à masquer l’impéritie de ce projet.

Le passage en force de M. Peillon (utilisation du décret) pour imposer cette réforme était nécessaire car la réalité n’appelle pas au triomphe. Seulement 22% des écoliers français seront concernés pour cette rentrée et nombre de communes ne savent pas comment elles vont pouvoir financer cette réforme l’année prochaine.

Pour ne prendre qu’un exemple des dégâts collatéraux qu’auront à subir les élèves, cet été, entre un Tour de France et un mojito, est paru au journal officiel le décret abaissant le taux d’encadrement des activités périscolaires.

Qu’est ce qui va changer ? Un animateur pourra désormais encadrer quatorze enfants de moins de six ans (contre 10 auparavant) et dix-huit enfants âgés de six ans et plus (au lieu de quatorze).

Quel est le but ? Faire baisser la facture pour les collectivités qui passent à la semaine de quatre jours et demi.

Ce « coup de pouce » aux communes se fera donc au détriment de la qualité de l’encadrement...

Ah cette jeunesse, « priorité » de François Hollande !

Justement, la Mairie de Grenoble a fait le choix du passage à quatre jours et demi et se doit donc de recruter les personnes chargées de l’encadrement. Aujourd’hui, une centaine de postes ne sont pas encore pourvus. A l’instar de not’bon Ministre, M. Destot, grand Vizir grenoblois, s’est lui aussi offert une belle campagne de publicité pour attirer l’étudiant à la recherche d’un petit boulot. Et elle est taillée sur mesure !

Qu’y voit-on ? Une jeune fille tout sourire en compagnie de quatre bambins (et encore, on en distingue que trois aisément, et sur d’autres clichés il n’y en a que deux...).

Les investigations menées par nos services secrets nous permettent aujourd’hui d’affirmer que les enfants de la photo sont tous âgés de moins de 6 ans, ce qui fait qu’il manque 10 enfants dans le cadre...
Le communiquant a su trouver l’image qu’il fallait, mais il a superbement ignoré le nouveau décret, et c’est à bien autre chose qu’un joli sourire publicitaire que doivent s’attendre les personnes recrutées.

4- Révolte en bande organisée

Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre se sont produits samedi 30 août à Mexico au moment où défilaient plusieurs milliers d’enseignants et d’étudiants contre la réforme éducative. Un total de 34 000 policiers avaient été mobilisés pour empêcher l’entrée de quelque 11 000 manifestants au Parlement. Cette réforme éducative qui soulève un tollé parmi les enseignants figure, avec d’autres réformes structurelles, dans le "Pacte pour le Mexique" signé par les trois principaux partis du pays en décembre 2012.

Pourquoi cette révolte ? C’est pourtant joli un « pacte »... Et bien il y est simplement prévue une évaluation régulière du travail des enseignants dont dépendraient maintien en fonction, promotions et augmentations salariales. La course au flicage et au mérite quoi... Bref, un océan a beau nous séparer, la gestion managériale des enseignants reste la même que chez nous.

5- Rentrée en bande organisée

Comme cette semaine, l’AFP (Agence France Presse) a décidé de retirer cette image, publions la.

PNG - 37.1 ko