Bulletin Hebdo Isère du 29 novembre 2013

mardi 3 décembre 2013

1- Grève jeudi 5 décembre !

Assemblée générale à 9H : Maison des habitants Chorier-Berriat, 10 rue henry le Chatelier, Grenoble
Manifestation à 10h30 : Place Félix Poulat à Grenoble

Sud éducation et la CNT éducation ont proposé à l’intersyndicale iséroise de réunir les personnels en Assemblée générale avant la manifestation car convaincus que des assemblées générales doivent se tenir les jours de grève. Les autres organisations ont refusé, nous le regrettons.
Qu’importe, nos deux organisations organisent une assemblée générale ouverte aux parents d’élèves, ATSEM, agents territoriaux, animateurs-trices, enseignant-e-s, afin de nous rencontrer et décider ensemble des suites à donner au mouvement.

Voir en pièce jointe :
- tract Sud éducation
- appel à l’AG

2- Page de pub : La mobilisation des parents des écoles du quartier Berriat-St-Bruno continue !

Des parents d’élèves des écoles du quartier Berriat-St-Bruno s’organisent, cela peut donner des idées à d’autres. Vous pouvez les rejoindre en tant que parents ou enseignants !
Depuis plusieurs années, les écoles du secteur 1 de Grenoble connaissent une situation similaire de surpopulation dans les classes, de manque d’ATSEM en maternelle, de services de cantine insatisfaisants... qui ne sont que quelques exemples de mécontentements communs des enseignant·e·s, personnels éducatifs et parents d’élèves.
Une première soirée-débat a eu lieu le 15 novembre, 6 écoles étaient "représentées", la motivation était au rendez-vous (grâce, entre autres, au récit de la lutte victorieuse des parents d’élèves de l’école des Buttes à la Villeneuve), mais tout reste à construire.
La prochaine assemblée inter-écoles du quartier aura lieu vendredi 6 décembre à 18h30 à la Maison des Habitants, à la Cabane (accès rue d’Alembert, rez-de-chaussée bas).

3- Livret personnel scolaire puis « professionnel universel » : le cauchemar du CV forcé se précise !

Nous avons eu, la semaine dernière, la confirmation de nos pires craintes concernant le fameux « Livret personnel de compétences », imposé aux enseignants par l’administration Sarkozy pour ficher les élèves, sans aucun débat public ni consultation des familles et brillamment maintenu par le gouvernement actuel. Jusqu’à aujourd’hui, il était facile de traiter de paranoïaques les trop rares instituteurs et professeurs qui redoutaient que ce fichage intime des élèves, avec leur réussites et leurs échecs soigneusement consignées et datés, niant leur droit élémentaire à l’oubli des erreurs de jeunesse, dressant un véritable portrait psycho-social et même parfois politico-idéologique et sanitaire, ne finisse par être utilisé en dehors de l’institution scolaire.
Et bien nous y voilà. Comme dans un cauchemar totalitaire, où l’individu marqué au fer rouge par un CV forcé ineffaçable serait indiscutablement affaibli et isolé face à des institutions connaissant tout de lui et face à des employeurs piétinant les droits jusqu’alors garantis par les conventions collectives.
C’est justement ce qui a été prôné ce week-end de novembre par les participants aux Semaines sociales (un rendez-vous traditionnel de patrons et de partenaires sociaux). Sous la signature de Pierre Cavret, 1er adjoint du PS (qui s’en étonnera ?) chargé des finances, les participants y ont plaidé avec ardeur pour « un livret professionnel universel (LPU) ».
Certes, il y a pour cette innovation un prétexte plein de bon sentiment : cette « carte Vitale de l’emploi » (ce sera donc un outil numérisé, propice à toutes les interconnections avec les fichiers de santé, de police, du Pôle emploi...) « récapitulerait les droit généraux dont tout travailleur peut bénéficier en matière de formation et de d’indemnisation ». Fort bien !
Mais est-il nécessaire pour cela de ficher l’ayant droit sur une puce électronique à laquelle il n’aura pas accès ? Si ce n’est pour ce véritable motif, avoué lors de la Semaine sociale : Pour chaque futur travailleur, « cette carte permettrait aussi de regrouper les informations relatives à ses connaissances acquises par l’éducation, la formation et l’expérience professionnelle ».
C’est donc le retour au fameux « livret ouvrier » que le XIXème siècle imposait aux « classes dangereuses ». Mais un livret informatisé infiniment plus inquisiteur et infiniment plus redoutable.

Nous sommes devant une violation sans précédent des droits des enfants et des futurs jeunes travailleurs. Nous sommes également devant la rupture éthique du pacte éducatif déjà bien ébréché : les enseignants n’auront plus qu’à œuvrer pour le fichage secret qui trahit la confiance, qui stigmatise, qui gère les flux de population comme ceux d’un bétail vers le meilleur triage des destins personnels. Aux uns les carrières favorisées, aux autres les destins précaires assignés dès l’enfance... Le fichage à l’école n’est que l’outil du pouvoir afin d’assurer la stabilité politique d’un pouvoir bourgeois, il formate les futurs ouvriers au service d’une économie capitaliste. Il va à l’encontre d’une véritable école émancipatrice : combattons-le !

4- Pour l’inspection générale, enseignant rime avec feignant et incompétent :

Publié par Le Monde, le « Bilan de la mise en œuvre des programmes de l’école primaire de 2008 » réalisé par l’Inspection générale met en cause les enseignants, égrainant au fil des pages, leurs lacunes. Selon l’inspection, c’est le manque de connaissance et de formation des enseignants qui sont responsables des écarts de niveau et du bas niveau des élèves. L’Inspection valide les programmes de 2008 et demande que les prochains soient situés dans leur continuité. Elle préconise de mieux articuler le socle et les programmes. Elle demande surtout un effort de formation (à distance !) des enseignants et la généralisation de tests d’évaluation centralisés (suffisait d’y penser...) pour suivre chaque école. Ben voyons...

5- Pussy Riot : Nadejda Tolokonnikova envoyée en pleine Sibérie !

Un long silence entourant sa situation, après ses fameuses dénonciations, sa grève de la faim et son état de santé préoccupant, avait inquiété ses proches ainsi que la communauté internationale. On a imaginé le pire. Et on n’en était pas si loin ! Les autorités pénitentiaires ont confirmé que la Pussy Riot avait été envoyée dans un autre centre de détention, au cœur de la région hostile de Sibérie.
La membre des Pussy Riot, condamnée à 2 ans de détention dans le camp de travail pour femmes n°14, pour sa prière punk anti-Vladimir Poutine, chantée en plein cœur de la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, n’avait plus donné de signes de vie depuis plusieurs semaines. Un silence d’autant plus inquiétant que la jeune femme de 24 ans s’était attirée les foudres des autorités russes en dénonçant les conditions inhumaines dans lesquelles elle et ses co-détenues vivaient. Humiliation, privation de nourriture, absence d’hygiène, lynchage... Elle avait tout décrit dans une lettre ouverte immédiatement reprise par les médias internationaux. Pour se faire entendre et dans l’espoir d’être transférée ailleurs, elle avait entamé une grève de la faim qu’elle avait dû interrompre après quelques jours, son état de santé ne lui permettant plus de poursuivre sa contestation.
C’était début octobre. Depuis, elle a changé de centre pour aller dans un autre encore plus isolé, au milieu de la Sibérie ! « La prisonnière Tolokonnikova est arrivée dans le camp russe de la région de Krasnoïarsk », ont déclaré les autorités jeudi 14 novembre. Une région située à 4 400 km de Moscou. Son camp précédent n’était éloigné que de 600 km de la capitale. Cet "exil" au fin fond de la Sibérie n’est rien d’autre qu’une punition pour le retentissement de sa lettre et de ses accusations publiées en septembre. Désormais totalement isolée, Nadejda devra, effectuer les derniers mois de sa peine sous surveillance médicale. Elle doit sortir en mars 2014.


Documents joints

PDF - 73.1 ko
PDF - 101.2 ko
PDF - 254.5 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 26 juin 2018

Publication

651 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

16 aujourd’hui
63 hier
187841 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés