Bulletin Hebdo Isère du 13 décembre 2013

samedi 14 décembre 2013

1- A « STAR » is born :
Que ce soit lors des discussions autour de la pseudo-réforme des rythmes scolaires ou des analyses de la pseudo-enquête PISA, à chaque fois est pointée l’impossibilité de réduire les écarts entre les élèves en difficulté et les « bons élèves »... Le Ministère tient sa solution résumée en un mot : « Refondation ». A coups de suppression de postes, de caporalisation et de logorrhée managériale, on pense démocratiser notre système éducatif. Foutaises.
Une étude existe, offrant des solutions pour réduire considérablement les écarts entre les élèves. Seul problème pour nos gouvernants : elle est coûteuse en terme de moyens. Et ça, ce n’est pas vraiment dans l’air du temps...

Lancé en 1985 par l’Etat du Tennessee, le programme STAR a consisté à suivre une cohorte de 11600 élèves pendant quatre ans. L’objectif ? Etudier l’impact d’un enseignement devant des « petites classes » (entre 12 et 17 élèves) dès la maternelle. Ce programme est, à ce jour, la seule expérience scientifique fournissant des données statistiques fiables.
Les conclusions sont sans appel :
1) La réduction de la taille des effectifs scolaires dans les premières années d’enseignement est un facteur crucial de réussite scolaire, toutes choses étant égales par ailleurs.
2) Les effets de la réduction initiale de la taille des classes sont durables et semblent même augmenter au fil des années d’études.
3) La réduction de la taille des classes permet de réduire considérablement les écarts entre enfants de différentes origines sociales.

Dans la perspective d’une volonté de démocratiser l’enseignement, ces résultats sont bien évidemment d’une importance extrême. Cela nécessite des moyens et une volonté politique de voir se réduire les écarts entre élèves.
Nous vous laissons découvrir tous les détails de ce programme STAR dans un document de Nico Hirtt intitulé « La preuve par STAR » et disponible en pièce jointe.

2- Sans-papiers : le racket continue !
Il est facile d’imaginer la joie d’une personne obtenant un titre de séjour, même d’un an : Trois-cent soixante-cinq jours sans la peur, certes ! Mais il faut rapidement déchanter... car en France-pays-des-droits-de-l’Homme-liberté-égalité-fraternité, un « pas d’chez nous » ça doit commencer par passer à la caisse.
En France, la légalité s’achète : un véritable racket d’état ! Timbre fiscal, visa de régularisation, carte de séjour : tout se paye. Ces taxes avaient scandaleusement augmenté, sous la présidence Sarkozy, de 200 à 300% malgré les nombreuses protestations.
Le gouvernement « socialiste » (ça fait toujours bizarre de l’écrire...) est revenu très partiellement sur ces augmentations :
Dépôt de dossier : 50€ non récupérables si le dossier est rejeté.
Carte d’un an : 260€
Taxe pour séjour irrégulier : reste à 340€ dont les 50€ déjà donnés au dépôt du dossier.

Par personne, cela met le premier titre de séjour à 260+340 = 600€ au lieu de 708€ sous Sarkozy !
Merci au gouvernement de la justice sociale pour cette ristourne mais c’est toujours exorbitant.

Pour la petite histoire, un renouvellement « Vie Privé et Familiale » et « salarié » c’est 106 € et pour une demande déposée hors délai ou pièce non présentée au renouvellement (perte), 180 € !

3- La droite en rêvait, la droite le fait :
PNG - 22 ko

Hier, jeudi 12 décembre, jour du vote du Budget du Conseil Général de l’Isère, avait lieu une manifestation devant le siège du CG, rassemblant un millier de travailleurs sociaux et de pompiers.

Les travailleurs sociaux demandaient le retrait du projet prévoyant la suppression de 150 postes dans la Protection de l’Enfance en Isère, projet tirant l’accompagnement et les soins vers le bas (dégradation des conditions de travail, suppression de 300 places dans les différents dispositifs). Quand la demande sociale ne fait qu’augmenter et que les agents sont de plus en plus épuisés, que répond M. Vallini ? « Je demande aux agents de faire un effort, de travailler un peu plus, car ce n’est pas possible de faire autrement » (Dauphiné Libéré, 13-12-2013). Pire que sous Sarkozy, les agents vont devoir travailler plus, pour gagner autant...
Les pompiers, eux, étaient rassemblés pour dénoncer le fait que le président du Conseil Général, André Vallini (PS), prévoit des budgets plus contraints entraînant des redéploiements de personnels, des suppression de postes et une augmentation du temps de travail. Ces feignasses de soldats du feu refusent de bosser plus, de faire des sacrifices ! Ils bossent le dimanche, les nuits et alors ? Réponse valliniesque du Président du Sdis38, François Gaujour (PS), conseiller général : « Nous demandons aux agents un effort de temps de travail, une sorte d’effort de guerre pour lutter contre la raréfaction de l’argent public ! » (Dauphiné Libéré, 13-12-2013).

Aujourd’hui, au PS, pour lutter contre la raréfaction de l’argent public, on fait des cadeaux fiscaux aux patrons et on fait trimer les salariés. Circulez, y’a rien à voir.
Et à tous ces salariés qui ont l’outrecuidance de venir râler sous les fenêtres du Conseil Général, on envoie les CRS, on ventile à coups de gaz lacrymogène. Deux pompiers ont été blessés hier. Dans l’hémicycle, les incidents, soit-disant provoqués par les manifestants, ont été condamnés par l’UMP et le PS. Droite-droite, même combat !

4- Pour Noël, offrez-vous le meilleur !
Adhérez à Sud éducation !!
Les effets sont garantis :
protection contre la hiérarchie, bonne humeur retrouvée, retour de l’être aimé, … !
(voir bulletin d’adhésion en pièce jointe)
PNG - 18.1 ko


Documents joints

PDF - 185.5 ko
PDF - 190.1 ko
PDF - 125 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 24 septembre 2018

Publication

655 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

108 aujourd’hui
93 hier
191256 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés