Bulletin Hebdo Isère du 14 février 2014

lundi 17 février 2014

1- Gel de l’avancement des fonctionnaires :
L’Etat doit se serrer la ceinture, et les fonctionnaires qui le servent avec lui ! Le gel des primes et des avancements permettrait d’économiser 1,2 milliard d’euros par an. Une aubaine pour un gouvernement social-démocrate qui préfère cajoler les plus riches.
Première raison avancée : la situation des finances publiques ... 

Deuxième raison avancée : la situation des finances publiques … ! 

Troisième raison avancée : la situation des finances publiques.... !!

Mais n’oublions pas une chose : Tout ce que le gouvernement épargnera au patronat, il le fera payer aux travailleurs, qu’ils soient du public ou du privé, d’une façon ou d’une autre !
Le « pacte de responsabilité » en est un exemple criant, lui qui prévoit une baisse de 30 milliards des cotisations patronales, soit l’équivalent des cotisations familiales.
Tous ces sacrifices sont demandés au prétexte de la réduction du chômage et des dépenses publiques. Réduction du chômage ? Le MEDEF se fout bien de nous, avec le gouvernement qui escompte un million d’emploi créés, puisqu’ils ont été incapables de faire reculer le chômage (qui a même augmenté de 500 000 chômeurs depuis que Hollande est au pouvoir). Pour mémoire, quand il a créé le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), le gouvernement ne parlait-il pas déjà de contreparties en termes d’emplois ? Raté...
Réduction des dépenses publiques ? A cause du sauvetage des banques par les Etats ? A t-on déjà oublié qui était à l’origine de la dette que nous devons aujourd’hui supporter ? Les responsables de la crise du capitalisme ont envoyé la note aux Etats et continuent de s’enrichir allègrement sur notre dos. Nous ne cesserons de la répéter : Nous n’avons pas à payer une dette qui n’est pas la nôtre.

2- Y a-t-il un PE dans la classe ?
Un exemple parmi tant d’autres : À Échirolles (38), l’enseignant de Grande Section de l’école Casanova, située en ZEP, n’est pas remplacé. Comme partout où cela arrive, les collègues présents font au mieux pour accueillir les élèves dans des classes surchargées. Les parents également y mettent du leur, s’organisent... au début. Mais quand l’Inspection, par la voie de l’inénarrable Mme Charrière, les envoie promener depuis un mois en leur répondant que « les maternelles ne sont pas prioritaires », ça les agace, d’autant plus que leurs enfants leur demandent chaque matin avec qui ils vont aller. Pétitions, interventions dans les médias, et peut-être, au bout du bout, un ou une remplaçante.
Pendant ce temps là, à la télé, à la radio, dans les journaux, ces mêmes parents et enseignants peuvent lire que « l’éducation est une priorité » et qu’il faut « prendre en compte le rythme de l’enfant ». Flagrant délit de foutage de gueule.

Les IEN, qui semblent donc découvrir que les enseignants peuvent tomber malades, surtout l’hiver ! Ils envoient des messages désespérés dans les circonscriptions du département :
« Nous avons actuellement d’importantes difficultés à assurer les suppléances. Nos conseils :
• attendre que la secrétaire vous rappelle et ne pas appeler car sinon la ligne est encombrée et le travail ne peut pas se faire.
• expliquer aux parents que vous avez bien communiqué toutes les informations à la circonscription et qu’il n’est pas utile d’appeler le secrétariat. (NDLR : faites le contraire bien sûr !)
• ne pas appeler le bureau avant 9h30 pour d’autres questions que le remplacement (sauf évènement très grave). »

Certains IEN ont quand même des solutions à proposer :
« La DRH de la DSDEN recrute actuellement quelques contractuels pour assurer des remplacements longs (ex : congé maternité, longue maladie, etc....). La DRH a peu de candidats. Si vous connaissez des personnes, ayant si possible mais pas forcément un niveau master 2 et/ou préparant le concours de professeur des écoles, et qui pourraient être intéressées, n’hésitez pas à leur dire d’envoyer rapidement une candidature à la DRH de la DSDEN de Grenoble. »
Alors que le secondaire connaissait déjà les contractuels en poste, le premier degré s’y met aussi.

SUD éducation demande depuis longtemps plus de poste de titulaires et l’arrêt de l’appel à des contrats précaires. L’école a besoin de plus de moyens. Il en va des conditions de travail pour les enseignants et d’apprentissage pour les élèves !

3- « Question pour un couillon » :
1 - Je suis un conseil mis en place par bouffi/bouffon et son ministre de la neige Vincent Peillon. Je suis chargé d’émettre des avis et des propositions pour la conception générale des enseignements, sur le contenu du socle commun…
2 - J’accueille en mon sein d’imminents professeurs agrégés, maîtres de conférences, docteurs, inspecteurs généraux, des députés, des sénateurs, un membres de la " puissante " FSU et même un ancien instituteur !
3 - Mon président reçoit une indemnité forfaitaire mensuelle de 2500 € (30 000€/an), celle de mon vice-présidents est de 2000€ (24 000€/an), chacun de mes membres perçoit une indemnité forfaitaire par séance de 150 € avec un maximum de 50 séances annuelles (7 500€/an).
4 - Je peux inviter des experts, le taux de leur vacation horaire est fixé à 40€ pour 150 vacations annuelles maximum (6 000€/an par expert)
5 - Tous mes membres sont déjà en activité et perçoivent salaires, pensions, retraites…
PNG - 44.7 ko
Qui suis-je ?
Réponse : le Conseil Supérieur des Programmes !*
Et pendant ce temps là :
1-Votre hiérarchie vous invite gracieusement après votre journée de travail et pendant votre harassante semaine des 4 jeudis à vous rendre à une réunion de liaison CM2/6ème.
2-Vous avez passé un temps fou à vous demander comment remplir le document pré-formaté pour soi-disant recueillir l’avis de votre équipe sur les programmes alors que les manuels déjà basés sur ces nouveaux programmes sont arrivés dans certaines écoles une semaine après. Procédé crapuleux, pas mieux que sous Darcos, qui vise à vous faire croire que l’on vous a consultés.
(*Tout est dans le BO du 23 janvier 2014).

4- Dieu au service des banques ?
Les patrons des banques néerlandaises doivent désormais prêter serment devant Dieu :
« Je jure que je m’efforcerai de préserver et consolider la confiance pour l’industrie des services financiers. Que Dieu tout-puissant me vienne en aide. »
L’objectif serait de rassurer la population en lui assurant que les banquiers ont changé depuis la crise de 2008 et qu’ils sont devenus honnêtes...

PDF - 314.8 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 26 juin 2018

Publication

651 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

6 aujourd’hui
63 hier
187831 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés