Bulletin Hebdo Isère du 23 mai 2014

vendredi 23 mai 2014

1- Supprimons Base-élèves !
Il en est encore pour défendre le fichage des élèves au sein de l’éducation nationale... Peut-être que l’ information qui suit finira par convaincre l’ensemble de la communauté éducative que, sous prétexte de « gestion » des effectifs, le fichage est, avant tout, du flicage. En effet, le gouvernement anglais est prêt à céder aux entreprises les données personnelles des élèves. L’information est sortie le 28 avril 2014*. Le projet Care.data a été retardé suite aux protestations des défenseurs des données personnelles. Mais tout est dans les cartons : notes aux examens, comportement, handicaps... Toute la « confidentialité », la « sécurisation des données », le supposé « droit d’opposition » (que l’administration contourne toujours), tout cela vole en éclat de l’autre côté de la Manche.
En France, tout est prêt pour qu’il arrive la même chose. Les interconnexions entre fichiers de l’éducation nationale et collectivités sont déjà effectives. La digue ne tiendra pas très longtemps si ce flicage généralisé de nos élèves n’est pas stoppé immédiatement.

*Source : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-le-gouvernement-anglais-pret-a-ceder-aux-entreprises-les-donnees-personnelles-des-eleves-57316.html

Base-élèves : la Mairie de Grenoble doit dire STOP !

Sud éducation s’est adressé aujourd’hui même (voir pièce jointe) à M. Piolle, Maire de Grenoble, afin de stopper toute sortie de données nominatives des écoles actuellement propriétaires des fichiers et de détruire tous les fichiers informatisés comportant des données nominatives sur les élèves ou leurs parents sorties de l’école.
Cette adresse n’est qu’un début car ce sont bien tous les Maires qui peuvent refuser l’utilisation de ce fichier Base-élèves.
Pour information, M. Piolle est l’ancien président du groupe Europe Ecologie-Les Verts au Conseil Régional qui a fait passer un voeu s’opposant au fichage des élèves, voté en assemblée plénière le 16 décembre 2011.

PDF - 101.7 ko

2- Non au rattrapage du 11 juin :
Vincent Peillon avait décidé de nous faire « récupérer », le mercredi 13 novembre et le mercredi 11 juin, la journée de pré-rentrée du lundi 2 septembre, que nous avons pourtant déjà travaillée… La fédération SUD éducation appelle à refuser de travailler deux fois une journée, qui plus est sans être payé. Un préavis de grève national couvre l’ensemble des personnels du 1er et du 2nd degrés. Nous appelons les personnels à faire grève le 11 juin !

Tract, affichettes et préavis de grève sur notre site fédéral :

www.sudeducation.org/11-juin-recuperation-du-2.html


3- L’EREA de Chambéry en lutte...
Pour comprendre ce qui se passe dans cet EREA (Etablissement régional d’enseignement adapté), nous vous laissons le soin :
-  d’ouvrir les pièces jointes,
-  de cliquer sur www.petitions24.net/eleves_en_difficulte_sacrifies__non_merci pour signer la pétition,
-  d’envoyer par courrier ou mail aux adresses communiquées dans le tract, le courrier des professeurs grévistes de l’EREA Amélie Gex Chambéry adressé à M. Le Recteur.
A ce jour, les personnels de l’EREA sont en grève reconductibles et ont besoin de votre soutien. N’hésitez pas à faire suivre l’information à vos connaissances.
Contact pour les soutenir : erea73chambery@gmail.com

Word - 13 ko
PDF - 89.9 ko

4- Les SEGPA également...
Le ministère planche actuellement sur l’évolution des SEGPA (Section d’enseignement général et pré-professionnel adapté) où enseignent des professeurs des écoles (PE) spécialisés du 1er degré et des PLC/PLP certifiés. Le but du jeu est clair : la transformation de la « structure » SEGPA en un dispositif d’inclusion scolaire sur le modèle des actuelles ULIS (unités locales pour l’inclusion scolaire).
Sud éducation est attaché au principe du collège unique et ne peut donc pas se reconnaître dans une logique de filière ségrégative. Cependant, comment imaginer que le collège d’aujourd’hui puisse accueillir convenablement ces élèves dans des classes surchargées et avec des enseignants mal formés à la grande difficulté scolaire ?
L’objectif d’une école réellement inclusive et d’un collège vraiment pour tous et toutes doit être réaffirmé mais, compte tenu des conditions actuelles de scolarisation la dilution des SEGPA dans un dispositif flou d’inclusion n’est pas une solution satisfaisante pour y parvenir.
Enfin, le texte de travail sur l’évolution des SEGPA ne dit rien de la nécessaire évolution des statuts et conditions de travail des personnels : passage aux 18 heures pour les PE, reconnaissance du statut de professeur principal, ...

Pour résumer :
- Oui à une meilleure inclusion des élèves de SEGPA au sein du collège : temps commun avec les élèves de leur classe d’âge, projets communs avec les enseignants, inclusion lorsque c’est possible et que cela correspond à des objectifs pédagogiques clairs.
- Oui à une amélioration des conditions de travail et de la formation des enseignants spécialisés, des PLP et des PCL intervenants en SEGPA.
- Non à la dilution des SEGPA dans un dispositif d’inclusion flou et forcément inefficace dans les conditions actuelles de scolarisation au collège.

Une journée de grève et d’action des SEGPA est prévue le mardi 10 juin 2014. Cette action doit s’étendre à l’ensemble des personnels, des collèges notamment, car ce sont les conditions d’enseignement de toutes et tous qui sont concernées !

5- Et les postiers aussi !
- Dans les Hauts-de-Seine, le 21 mai 2014, des militants de SUD PTT 92 ont été mis en garde à vue suite à la grève dans les Hauts-de-Seine qui dure depuis plus de trois mois. Ils dénoncent les emplois jetables, alternants, stagiaires et contrats pro auxquels les directions de La Poste ont largement recours. Emplois largement subventionnés dont profite La Poste, malgré ses larges bénéfices en 2013 (650 M€).
Le fait que la police se fasse l’auxiliaire de la direction de La Poste pour réprimer les libertés syndicales et essayer de faire taire la contestation est symbolique de la forte dégradation du climat social.
La fédération SUD PTT appelle à l’arrêt des poursuites judiciaires et apporte son soutien entier aux militant-es inquiétés par la justice.

- En Isère, les facteurs de Villard-Bonnot en grève depuis 8 jours !
LA POSTE a annoncé une réorganisation de ce bureau pour juin 2014 en supprimant 6 emplois. Depuis huit jours, les facteurs sont donc en grève et ne décolèrent pas. Ils vont voir leur charge de travail exploser sous des prétextes économiques mal argumentés.
Hier jeudi 22 mai, les facteurs ont fait des propositions pour sortir du conflit. Après quatre heures de négociations, la direction de LA POSTE campe sur ses positions et maintient les 6 suppressions d’emplois.

Dans cette situation, le mouvement se poursuit !
Un rassemblement a lieu ce vendredi 23 mai, au centre de Brignoud pour rencontrer la population.

PDF - 105.8 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 13 décembre 2018

Publication

669 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

53 aujourd’hui
107 hier
199409 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés