Bulletin mensuel Haute Savoie décembre 2014

mercredi 10 décembre 2014
par  Laure

1 Élections professionnelles rime avec bordel :

Avec 20302 voix et 5,24% des voix, SUD éducation maintient son nombre de voix par rapport à l’élection de 2011 (20241 voix) et baisse un peu en pourcentage (-0,55%). Nous remercions les personnels qui ont réussi, malgré les obstacles, à voter pour SUD éducation. Avec la répartition des voix, SUD éducation perd son siège au Comité Technique Ministériel de l’Éducation Nationale. C’est bien entendu une déception. Cela ne diminue en rien notre détermination à agir pour une autre école, une autre société, à faire vivre un autre syndicalisme, à porter une autre voix face à la hiérarchie, à lutter contre toutes les attaques d’où qu’elles viennent en toute indépendance.

C’est un fiasco en matière de participation au vote. Avant le vote électronique, le taux de participation aux élections professionnelles dans l’Éducation nationale était toujours supérieur à 60%. En 2011 où le « e-vote » a été instauré, la participation était tombée à 38,54%. Cette année, elle est de 41,73%.

L’organisation des opérations a été calamiteuse pour les personnels comme pour les organisations syndicales. Les personnels ont été saturés par le nombre de messages électroniques reçus simultanément sans possibilité de se désinscrire des listes. La procédure de vote et celle qui a été imposée aux organisations syndicales pour le dépôt des listes et des candidatures étaient d’une grande et inutile complexité.
Le scrutin est entaché de nombreuses irrégularités. Les procédures et les informations manquantes ou contradictoires ont empêché des personnels de voter. Il y a eu rupture d’égalité dans la communication officielle des organisations syndicales. La fraude était facile, comme nous l’avons fait constater par huissier.
 
SUD éducation dénonce toujours le choix du vote électronique et revendique le retour au vote à l’urne. Le choix du vote électronique pose des problèmes de principe sur le contrôle des opérations et sur le secret du vote. L’expérience des deux derniers scrutins nous renforce dans cette opposition. Les syndicats SUD éducation débattront dans leurs instances décisionnelles de l’opportunité de déposer des recours contentieux en annulation de ces élections ; nous prenons toutes les dispositions pour être en mesure de le faire.

2 Mobilisations contre la précarité : développons les luttes pour la reconnaissance des métiers, l’amélioration des conditions de travail, la titularisation sans condition !

Le 25 novembre, les AVS-AESH étaient en grève dans plusieurs villes et départements pour protester contre leurs conditions de travail, leurs salaires de misère et le mépris dont ils font l’objet de la part de l’administration. Les annonces du ministère sur la reconnaissance du métier d’accompagnant-e des élèves en situation de handicap étaient de la poudre aux yeux. Seul un nombre très restreint d’AVS est CDIsé, à temps partiel. Pour les autres, il leur faudra d’abord 6 ans de CDD, et tous les personnels AVS sous contrat CAE-CUI sont carrément exclu-e-s de la CDIsation. Pour tou-te-s, ce sont des temps partiels imposés et des salaires en-dessous du seuil de pauvreté.
Le 6 décembre a eu lieu la 12e édition de la manifestation contre le chômage et la précarité et pour la justice sociale. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la situation des chômeurs/euses, des précaires, des salarié-e-s et de la majorité de la population est loin de s’améliorer, bien au contraire. Chaque mois, de plus en plus de chômeurs/euses, malgré l’explosion des radiations, des mesures contraignantes dont le but est de renforcer et multiplier les contrôles. La nouvelle convention d’assurance chômage défavorable aux chômeurs/euses ; une allocation dont le plafond baisse de 57,4 % à 57 % des derniers salaires ; des droits rechargeables, dont la mise en œuvre encore floue laisse craindre une pérennisation de la précarité. Stigmatiser et culpabiliser les victimes du choix des profits contre les hommes et les femmes et n’offrir comme avenir à la jeunesse que le chômage et la précarité ! Les attaques contre les chômeurs/euses sont des attaques contre toutes et tous !
L’appel unitaire des syndicats et associations de chômeurs/euses (soutenu par l’Union syndicale Solidaires, d’autres syndicats, des associations et des organisations politiques) revendique :
 "Un emploi correctement rémunéré, librement choisi, socialement utile.
 L’indemnisation de toutes les formes de chômage et de précarité avec le SMIC réévalué comme référence.
 L’arrêt des contrôles et des sanctions contre les chômeurs et précaires.
 La gratuité des transports publics pour les chômeurs, les précaires et leurs familles.
 L’application du droit au logement pour toutes et tous."
Le 11 décembre est une journée de mobilisation nationale unitaire pour l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) incluant la lutte contre la précarité qui ne cesse de se développer dans les universités suite au désengagement budgétaire de l’État et à l’autonomie libérale-concurrentielle des établissements. Cette question de la précarité est une dimension importante de la mobilisation pour l’indépendance de la recherche, contre la dégradation continue des conditions de fonctionnement de l’ESR, qu’il s’agisse des étudiant-e-s, des personnels techniques et administratifs des universités et des organismes, des enseignant-e-s-chercheurs/euses et des chercheurs/euses, touché-e-s par la précarité des jeunes et moins jeunes collègues, des budgets insuffisants et inappropriés, des carrières bloquées, des conditions de travail, d’études et de vie dégradées.
La fédération SUD éducation soutient toutes les mobilisations contre la précarité, appelle à les renforcer et à les généraliser.

3 Week-end de mobilisation antifasciste à Lyon

Le Front National vient de tenir son congrès à Lyon : une grand messe pour occuper le devant de la scène médiatique et tenter de se faire passer pour les défenseurs des « oublié-es du système ». Un système - le capitalisme, l’exploitation des travailleurs-ses, des chômeurs-ses, des retraité-es, par une poignée de privilégié-es - que le Front National, en réalité, ne remet pas du tout en cause !

Mais pour l’Union syndicale Solidaires, le Front national n’est pas un parti comme un autre. Il reste un parti fondamentalement d’extrême droite, raciste et nationaliste. La base de sa politique est la discrimination, la division au sein des travailleurs et travailleuses, la promotion d’un capitalisme national. Le programme du FN et les idées d’extrême droite sont totalement opposés aux intérêts des salarié-es !
Ce n’est pas une question morale ; le fascisme se nourrit du désespoir présent et des peurs face à l’avenir : 5 millions de chômeurs et chômeuses, 8 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, 3,5 millions de mal logé-es, accroissement de la précarité, conditions de travail dégradées, licenciements, fermetures d’entreprises... Face à l’explosion des inégalités et aux politiques d’austérité, il faut reconstruire l’espoir collectif en une société plus juste. La question de la répartition des richesses que nous produisons est fondamentale. L’extrême-droite est à l’opposé de ces valeurs.
CGT, Solidaires, FSU et des organisations de jeunesse organisent depuis janvier dernier une campagne unitaire contre l’extrême droite, ses idées et ses pratiques. L’Union syndicale Solidaires a aussi participé, samedi et dimanche, aux différentes initiatives qui se sont tenues à Lyon ; ici aussi, toutes les organisations syndicales avaient leur place ! A l’appel d’associations, de collectifs, d’organisations syndicales et politiques, la manifestation de samedi après-midi a rassemblé plusieurs milliers de personnes, pour l’égalité des droits et la justice sociale et contre la haine distillée par le FN et ses satellites. Les débats et forums organisés le dimanche ont pointé la nécessité de construire une riposte unitaire à la hauteur des enjeux, face à la banalisation de l’extrême droite et ses idées.
Racistes, nationalistes et autres fascistes préparent leur arrivée au Pouvoir … et le gouvernement socialiste s’attaque violemment à celles et ceux qui manifestent contre !
Dès le matin, les « forces de l’ordre » fouillaient les personnes « soupçonnées » de se rendre à la manifestation, bloquaient des bus de manifestant-es venant de différentes villes… L’après-midi, alors que quelques groupes s’en prenaient à des vitrines, la police a chargé la manifestation, l’a délibérément scindée en plusieurs morceaux, a gazé, encerclé et retenu plusieurs cortèges, et voulu imposer une dissolution bien avant le point d’arrivée. Organisé-es collectivement et unitairement, nous avons refusé ce diktat. Le soir, la police renouvelait les mêmes contrôles et blocages de plusieurs bus de manifestant-es rentrant chez eux…
Le gouvernement ne nous fera pas taire ; dans la rue aussi, nous continuerons à manifester notre refus du fascisme et notre volonté de transformer profondément la société. Surtout, la présence et l’activité syndicales au plus près des travailleurs et des travailleuses (quotidiennement sur les lieux de travail), la défense des services publics utiles à la population, la reconstruction d’un tissu syndical interprofessionnel de proximité sont des actes antifascistes concrets. Partisan d’un syndicalisme de transformation sociale, nous pensons que ce système doit être combattu et radicalement modifié, qu’un autre partage des richesses est une nécessité absolue socialement et écologiquement ! C’est, pour nous, une des façons les plus sûres de réduire l’influence néfaste de l’extrême droite.
C’est parce que nous mènerons des luttes victorieuses sur le terrain des droits sociaux et économiques que nous pourrons faire reculer durablement le FN.


Documents joints

PDF - 83.4 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 26 juin 2018

Publication

651 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

101 aujourd’hui
110 hier
187644 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés