Bulletin hebdo Isère du 16 janvier 2015

mardi 27 janvier 2015

1- RAPPEL - 10 minutes d’accueil : NON au travail gratuit !
Avec la généralisation de la réforme des rythmes scolaires et la mise en place des APC (qui servent d’alibi à l’institution pour « compenser » l’appauvrissement des RASED), les enseignants voient leurs conditions de travail modifiées et, souvent, se dégrader sur leur lieu d’exercice. Côté salaires, les enseignants subissent de plein fouet des pertes de salaire réel, comme la plupart des salariés du public et du privé.
Pour toutes ces raisons, les discussions sur les 10 minutes d’accueil, matin et après-midi sont de plus en plus présentes au sein des équipes.
Cet accueil est assuré différemment dans les écoles : parfois dans la cour, parfois dans la classe, parfois assuré par tous les enseignants, parfois organisé selon un tableau de service. Avec la même réalité néanmoins : notre responsabilité s’exerce lors de ce temps.
L’an dernier, dans de nombreuses académies, certains syndicats, dont Sud éducation, ont donné comme consigne syndicale de décompter ces 10 min d’accueil par demi-journée sur le temps annualisé dévolu aux APC. Dans certaines (Paris et la Seine-Saint-Denis par exemple), un véritable rapport de force s’est instauré car de très nombreuses écoles ont répondu à cette consigne qui a été maintenue à la rentrée 2014.
C’est ce rapport de force que nous devons construire aujourd’hui dans
l’académie de Grenoble !

Ce temps qui débute avant le temps officiel de la classe n’est pas prévu dans le temps de service cadré par la circulaire du 4 février 2013 (24h de classe hebdomadaire + 108h annualisées). Nous sommes bel et bien devant une contradiction de l’administration qui ne peut pas imposer sans contrepartie à un fonctionnaire de faire plus que son temps de service.
Une controverse est soulevée par certains syndicats qui appellent clairement à ne pas suivre notre consigne. Ils arguent que, selon le Conseil d’Etat, les dispositions du décret relatif aux obligations réglementaires de service « définissent les obligations hebdomadaires de service des enseignants pendant les périodes de scolarisation des élèves, sans priver le ministre de son pouvoir d’organisation du service en dehors de ces périodes » (CE, 30 décembre 2002, n°234626). Autrement dit l’administration peut tout à fait nous demander de faire plus que 24h hebdomadaires... Très bien. Mais rien ne dit que cela doive être à titre gratuit !
C’est ce point là que Sud éducation conteste.
Sud éducation réaffirme son opposition ferme au travail gratuit des enseignants et appelle donc les collègues à en discuter collectivement et à agir !
Nous demandons la prise en compte de ces heures dans notre temps de service en les décomptant de nos 108 heures - par exemple en les déduisant des heures d’APC, que dans sa grande majorité, la profession souhaite voir disparaître. Au bout du compte, selon les cas, ce peuvent être 54h annuelles qui sont consacrées à ce temps d’accueil (cas fréquent où l’enseignant assure l’accueil chaque demi-journée).

Comment agir ?
Nous appelons les collègues à suivre la consigne syndicale consistant à refuser de travailler gratuitement et à décompter ces 10 min d’accueil par demi-journée sur le temps annualisé dévolu aux APC.
➢ Nous appelons les collègues à en discuter et à agir collectivement.
➢ Nous appelons les collègues à envoyer aux DASEN des résolutions de conseil des maîtres ou individuelles et à nous les faire parvenir au syndicat en copie. (voir modèles en pièce jointe)
➢ Nous appelons les collègues à faire remonter, lorsque cela sera demandé par la hiérarchie, le tableau de contrôle des 108h en précisant, dans le détail, toutes vos heures faites en dehors de votre temps de service. Une manière de lui montrer que vous avez réalisé vos 108H (et même très largement !) et de faire reconnaître la globalité de votre travail d’enseignant en dehors des obligations de service mais jamais comptabilisé (accueil du matin et du début d’après-midi, attente des parents retardataires, relation aux parents, fonctionnement de l’école, ...)

Pour information, Sud éducation académie de Grenoble a envoyé un courrier aux DASEN de l’académie pour l’informer de notre consigne syndicale et n’a toujours pas obtenu de réponse à la demande d’ audience faite à ce sujet il y a deux mois...

2- Peut-on caricaturer le patron des patrons ?

PNG - 739.1 ko

Ça s’tente...

3- Fonctionnaires = feignants !BH
Le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud (PS), a dénoncé, ce vendredi 9 janvier 2015, la piètre qualité, selon lui, des services publics en France lors des assises du droit et de la compétitivité organisées par le Club des juristes et l’institut Montaigne (pas le genre gauchistes... ça permet de se lâcher). Le magistrat a livré un constat sans concession sur la qualité des services de l’Etat et des collectivités territoriales. Extrait : « Que constatons-nous dans nos travaux ? C’est que malgré un niveau plus élevé qu’ailleurs de dépenses publiques, les résultats ne sont pas nécessairement au rendez-vous  ».
Pour faire court : Fonctionnaires, vous nous coûtez cher et vous ne foutez rien !
La Cour des comptes, dans son rapport public annuel publié mardi 11 février 2014, sonnait déjà l’alerte au sujet des dépenses publiques. Didier Migaud, estimait alors que la France était « dans une zone dangereuse, en raison du poids croissant de la dette » et encourageait les réductions de dépenses de l’Etat et des collectivités. Une manière comme une autre de faire comprendre à quel point les fonctionnaires était un fardeau et de ne pas remettre en question l’origine de la dette actuelle.

4- Le mot de la semaine : chef.

PNG - 2.8 Mo
Collection du Musée de Saint-Chef - Gilbert demandant à Jean-Eude de bien vouloir ôter son couvre-chef de son propre chef pour saluer la chef.

Chef, n.masc. : de l’ancien français chiés et du latin caput (tête). Personne qui commande, qui exerce une autorité. On peut être chef d’entreprise, de gare, d’atelier, cuisto, de la bande, d’escadron, de file, … d’un peu tout donc et à chaque fois c’est nous qu’on commande, na.
Les « chefs » ont été le sujet d’étude de nombreux scientifiques. Les conclusions sont unanimes : «  C’est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que les chefs paraissent brillants avant d’avoir l’air con.  »

Word - 473 ko
bh 16-01-2015
Word - 13.5 ko
courrier P.E indiv aux dasen
Word - 14.5 ko
courrier conseil maitres 10 min aux dasen

Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 26 juin 2018

Publication

651 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

137 aujourd’hui
80 hier
185108 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés