Bulletin hebdo Isère du 6 novembre 2015

lundi 9 novembre 2015

1- La saucisse de Toulouse :
Dans le cadre de la « Réforme du collège », les chefs d’établissement toulousains ont reçu, début octobre, instruction de la part d’un inspecteur, pour le moins zélé, de classer en trois groupes les personnels enseignants des collèges de l’Académie : « opposants, rebelles, hostiles, irréductibles » ; « attentistes, passifs, indifférents, indécis » ; « progressistes, proactifs, convaincus, avocats, relais », vis-à-vis de la réforme des collèges. Devant le tollé général des collègues et des syndicats, la Rectrice de Toulouse a stoppé net la tentative de manœuvre en retirant de la circulation les fiches prévues pour cette « enquête ». Nul doute que l’inspecteur en question a eu droit à un petit entretien en tête-à-tête avec la Rectrice pour cette malheureuse (mais tellement révélatrice !) initiative. Un peu grosse la saucisse.

2- « Égalité des chances », vraiment ?
Article paru récemment chez nos amis de Questions de classes :
(Source : http://www.questionsdeclasses.org/?Egalite-des-chances-chronique-Nos )
Dans son souci de faire « renaître les élites véritables », Pétain déclarait en octobre 1940 : «  Le régime nouveau […] ne reposera plus sur l’idée fausse de l’égalité naturelle des hommes, mais sur l’idée nécessaire de l’égalité des chances données à tous les Français de prouver leur aptitude à servir  ».
Trois décennies plus tard, ce sont les libéraux qui théorisent les « inégalités justes » et la notion d’« égalité des chances » devient la clé de la « société libérale avancée » voulue par Giscard d’Estaing. La société donne à tous « les mêmes chances », et dès lors celui qui ne « réussit » pas ne peut s’en prendre qu’à lui-même, à son manque de travail, d’effort, bref de « mérite », ou à l’insuffisance de ses « dons » ou de son « talent ». Cette notion de mérite est ce qui fera accepter l’égalité des chances par la gauche tenante de « l’élitisme républicain ». On peut donc remplacer les filières étanches du système précédent (enseignement primaire pour les classes populaires, « petit lycée » pour la bourgeoisie) devenues obsolètes par une école puis un collège prétendus « unique », puisque le tri social se fera de manière individuelle et intégrée.
Peu à peu cette notion gagne tous les éléments de la vie sociale : Raffarin instaurera même en 2004 un « Secrétariat d’État à l’Égalité des chances ». Elle est utilisée dans d’autres pays, mais le plus souvent avec un sens différent : elle concerne la lutte contre les discriminations liées au genre (Allemagne), au racisme (Belgique), à l’embauche (Catalogne) ou au handicap (Nations Unies). Les pouvoirs français, eux, en font un usage particulier dans le domaine de l’éducation : il s’agit non de combattre à postériori des inégalités, mais de donner à priori des chances prétendument égales à tou-te-s, à charge pour chacun-e de les faire fructifier ou non.
Cette conception d’une « égalité des chances » correspond donc à une individualisation des parcours scolaires, ou, pire encore (parce que la notion de personne engage plus que celle d’individu), à la « personnalisation » mise en œuvre actuellement à tous les niveaux. La différenciation scolaire n’est plus due à des facteurs sociaux mais, pour reprendre le mot du ministre Beullac en 1978, à « la personnalité de chaque élève ».
Revendiquer l’égalité des chances relève d’un choix de société diamétralement opposé à revendiquer l’égalité. Cette dernière repose sur des droits, non sur des « chances ». Revendiquer un droit, c’est se placer dans une optique collective et égalitaire, revendiquer une chance, c’est se placer dans une optique individuelle et concurrentielle.

3- SNCF : c’est possible... surtout le pire :
Depuis le 5 octobre, les journalistes et le gouvernement ne cessent de s’apitoyer sur le sort d’un DRH d’Air France dont la chemise a été arrachée après avoir annoncé 2 900 licenciements. On pleure plus volontiers sur ces dominants que sur les salariés qui eux se retrouveront sur le carreau. Mais une fois de plus, on tente de faire croire que la violence en entreprise, c’est celle des syndicalistes maltraitant de pauvres patrons qui prennent des « décisions courageuses » pour sauver leurs profits. Au quotidien dans les entreprises, la violence a des visages, celle du patron, de son directeur financier, de son DRH…
Voici, dans cet extrait de communiqué du syndicat SUD-Rail, une belle illustration de cette violence patronale à la SNCF :
« À l’heure où le gouvernement remet en cause le Code du Travail, à l’heure où on stigmatise salariés et syndicalistes, « violenteurs » de DRH… Certains dirigeants de la SNCF, du haut du 28e étage de la tour Crayon de Lyon se sentent pousser des ailes.
Dans la salle de repos du Siège sont affichées sur les murs des photos qui sont probablement le fruit d’une « journée de cohésion ». Si certains adoptent des poses et des déguisements anodins, ou portent fièrement un gilet orange SNCF, d’autres sont plus équivoques pointant par exemple un pistolet factice sur leur téléphone… souffrance au travail ? Sauf que plus loin, c’est sur le Code du Travail qu’un dirigeant pointe le même pistolet ! 

JPEG - 86.9 ko
Valls et tous les bien-pensants qui s’agitent ces derniers jours et traitent les salariés d’Air France de voyous condamneront-ils avec autant de fermeté de tels agissements ?
Certains diront que c’est de l’humour… À SUD-Rail, on ne rit pas de tout et surtout pas avec tout le monde… Surtout pas avec la direction et ses porte-flingues !
 »

Et en bonus, vous pouvez visionner les 56 minutes de l’excellent documentaire de Gilles Balbastre sur le climat actuel à la SNCF :https://www.youtube.com/watch?v=gT3PPOXZqNk

4- Le mot de la semaine : bug.
JPEG - 156.8 ko
Angleterre, 2015 (si si !) - « Mister the cook, there is a bug in the soupe of the couine. »

Bug, nom masc.  : En informatique, un bug (de l’anglais bug, « insecte ») est un défaut de conception d’un programme informatique à l’origine d’un dysfonctionnement. Hist : Ce nom vient du tout premier incident informatique qui, en 1945, fut causé par un insecte entré illégalement dans le prototype dernier cri de ce que l’on nommait déjà « ordinateur » mais qui ressemblait à une énorme machine de 5 tonnes. Ex : « Meegrde, moavn claviégaier é e,n dra/in dke buuuuuuuggé ! » Syndicalement  : Un bug empêche actuellement votre syndicat préféré de faire parvenir aux écoles de l’académie toutes les informations qu’il désire envoyer par mail. C’est rageant et nous crions au complot ! (mais ça ne sert à rien puisque bug il y a …). Nos services d’investigation informatique sont bien sûr sur le coup afin de déterminer qui (au Rectorat ?) a infiltré la bestiole anti-Sud éducation dans les tuyaux.


Documents joints

Word - 481 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 13 novembre 2018

Publication

660 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

17 aujourd’hui
66 hier
196802 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés