bulletin hebdo Isère du 27 novembre 2015

lundi 30 novembre 2015

1- Modifications des obligations réglementaires de service des personnels du 1er degré : Un projet néfaste qui augmente leur charge de travail !
Avec ce projet (voir pièce jointe « Obligation service 1er degré »), le ministère modifie le décret qui régit les obligations de service des enseignants du 1er degré inscrites actuellement dans le décret du 30 juillet 2008, et augmente purement et simplement, dans un même temps contraint, les obligations de service et les missions des enseignants du 1er degré déjà pléthoriques. Tout ceci pour pouvoir mettre en œuvre ses contre réformes en accentuant le contrôle et les pressions hiérarchiques sur les personnels.
JPEG - 58.2 ko
SUD éducation, à l’inverse du management et de l’autoritarisme, porte un projet d’autogestion des établissements scolaires avec une diminution du temps de travail de toutes et tous, une diminution du temps de service devant élèves pour dégager du temps pour la concertation et le travail en équipe.
C’est pourquoi nous revendiquons :
- La suppression des APC.
- La diminution du temps de travail hebdomadaire des enseignants : 18 h devant les élèves et 6 h de concertation.
- Des heures de concertation pour le travail en équipe autogérées par les équipes pédagogiques.
- Un autre projet pour l’école, égalitaire et émancipateur.

2- Le nombre d’élèves par classe a-t-il un effet sur la réussite des élèves ?
Les comptables qui gèrent l’Éducation Nationale n’ont de cesse de répéter qu’il est possible de faire mieux avec moins de moyens, qu’il suffit d’agir sur les bons « leviers d’efficience ».
Bon, « c’est la faute à la crise ma pôv’dame » on l’a entendu mille fois. Mais un mensonge mille fois répété devient-il automatiquement vérité ? Il faudrait déjà se demander de quelle crise on parle mais ce ne sera pas le propos d’aujourd’hui.

Non, aujourd’hui, étudions plutôt la question du « faire mieux avec moins de moyens ». Soyons fous : pourquoi pas ?! Mais alors, pour trancher, il faudrait pouvoir disposer d’une étude scientifique qui aurait suivi une cohorte importante d’élèves (disons 11 000) pendant plusieurs années. L’étude devrait porter sur différents types d’écoles aussi bien urbaines que rurales ou relevant de l’éducation prioritaire (prenons-en 79). Il resterait alors à répartir aléatoirement les élèves et les enseignants en trois types de classes, sans les informer de l’existence de l’étude (pour ne pas influer sur les observations) :
- les petites classes (généralement 13 à 17 élèves),
- les classes normales (comptant typiquement 22 à 25 élèves)
- les classes normales assistées d’un aide-enseignant à temps plein (composées aussi de 22 à 25 élèves).
Compliqué...
Mais mince alors, mon voisin de bureau me dit qu’une telle étude existe  ! C’est l’enquête STAR , débutée au Tennessee en 1985. Son sérieux scientifique n’a jamais été remis en cause mais ses résultats ont été très peu diffusés. On le comprend mieux sous l’éclairage des trois grandes conclusions qui en sont tirées :
- La réduction de la taille des effectifs scolaires dans les premières années d’enseignement est bel et bien un facteur crucial de réussite scolaire.
- Les effets d’une réduction initiale de la taille des classes sont durables et semblent même augmenter au fil des années d’étude.
- La diminution de la taille des classes permet de réduire considérablement les écarts entre enfants de différentes origines sociales.
Pour plus de détails vous pouvez jeter un œil sur l’analyse de Nico HIRTT sur le site de l’APED (http://www.skolo.org/spip.php?article89).
En clair, il est tout à fait possible de réduire substantiellement les inégalités scolaires, pour peu qu’on le souhaite... et le prochain qui vous cause de « levier d’efficience », STAR-tagueul’àlarécré !

3- Délit de solidarité :
Le 13 juillet, Claire, Maître de Conférences retraitée, militante associative, est interpellée par la P.A.F en gare d’Antibes alors qu’elle accompagnait un mineur et une jeune femme, tous deux réfugiés, qui souhaitaient prendre le train en direction du Nord de l’Europe.
Que reprochait-on à cette paisible retraitée ? Elle est prévenue d’avoir «  facilité, par aide directe ou indirecte l’entrée irrégulière, la circulation irrégulière, le séjour irrégulier de deux étrangers en France  », c’est à dire, d’être un passeur. Menottée, interrogée, placée en garde à vue pendant 24 heures, son domicile était perquisitionné, son téléphone portable mis sous scellés. Claire doit comparaître devant le TGI de Grasse le 18 décembre 2015.
Pour soutenir Claire, signez la pétition : http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article53308&var_mode=calcul***

4- Le mot de la semaine : kamikaze.
JPEG - 162.4 ko
Archives du Ministère de l’intérieur - Atelier « neutralisation d’un individu dangereux » : Les 4 Fantastiques (de gauche à droite), dont un mimant le jeune kamikaze dépressif.

Kamikaze, n.m. : Littéralement, vent divin en japonais (特別攻撃隊). Ex  : «  À midi, Dieu a encore lâché un kamikaze foireux à la cantine ». Par la suite, le kamikaze a désigné les pilotes japonais chargés d’aller écrabouiller leur gros engin volant sur les gros engins flottants des américains. Par extension, ce terme est utilisé aujourd’hui pour désigner toute personne qui sacrifie sa vie volontairement dans un attentat-suicide. Notons que la seule raison de vivre du kamikaze est... de mourir. Ceci est pour le moins idiot. Enfin, et pour faire le lien avec la traduction littérale du mot, nous ne pouvons que constater qu’en temps de pet le kamikaze ne sert à rien... consternante contradiction.


Documents joints

Word - 297.5 ko
obligation de service 1er degré

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 4 octobre 2018

Publication

657 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

67 aujourd’hui
72 hier
193526 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés