Bulletin mensuel Haute Savoie décembre 2015

mardi 15 décembre 2015
par  Laure

Au sommaire :
1- 10 Min
2- GRETA
3- Répression d’une inspectrice du travail
4- Fichage policier dans l’éducation nationale
5- Partenariat : Tous les accords cadre entre le ministère de l’éducation nationale avec ses partenaires
6- Réforme du collège : Grève le 26 janvier
7- Après les attentats

1- Campagne « 10 minutes, on décompte » : c’est parti !

Notre campagne d’appel au décompte des 10 minutes de temps d’accueil (obligatoires) est lancée et, pour les indécis.e.s, sachez que c’est bel et bien parti !
Dernière école en date à se lancer, une maternelle de Saint-Martin d’Hères (5 enseignantes) ! D’autres suivront que nous encourageons à nous contacter rapidement.
Pour faire bref, maintenant que vous savez que vous n’êtes plus seul.e.s, à vous de jouer !
Pour information, nous avons demandé il y a un mois à être reçus en audience auprès de la Recteur et n’avons toujours pas de réponse malgré nos multiples relances...
Tous les détails de cette campagne sont à retrouver en pièces jointes.

2- Communiqué CAEN

SUD éducation et CGT Educ’actionPlan social au GRETA de Grenoble
Les organisations CGT éduc’action et SUD éducation Grenoble s’élèvent contre le plan social au Greta de Grenoble
, nommé "Plan emploi 2016", qui impacte 28 personnels : non renouvellement de CDD, reconduction partielle de CDD, réduction de quotité de travail sur des CDD et des CDI.
Le redéploiement des salarié-e-s des deux centres fermés sans compensation et le changement unilatéral des missions font aussi partie de ce plan.
1/5ème des salarié-e-s du GRETA de Grenoble sont impacté-e-s aujourd’hui, et les audiences que nous avons eues avec la direction du Greta de Grenoble ou le DAFCO ne font que confirmer nos inquiétudes quant à l’avenir des personnels permanents du GRETA.
Nous attirons l’attention du C.A.E.N. quant à l’avenir de la formation continue au sein de l’Education nationale. Les 40 ans d’expertise en formation continue que représente le Greta ne peuvent-être balayés sous prétexte de libre concurrence des marchés de la formation professionnelle.
La formation continue et la formation professionnelle doivent sortir du marché concurrentiel afin que l’ensemble de citoyens puissent bénéficier de formations de qualité.
Nous nous élevons contre la réorganisation des moyens RH qui conduit à la détérioration de la qualité des enseignements et à la casse de la formation continue et professionnelle au sein de l’Éducation nationale.
Nous demandons à Mme le Recteur un moratoire sur la politique RH des Greta et une vraie concertation avec les salarié-e-s pour relancer le Greta de Grenoble. Par ailleurs le rectorat qui n’assure pas ses obligations de formation qualifiante auprès des milliers de CAE-CUI au service de l’EN, doit s’engager pour la mise en place d’un plan de formation à leur service en partenariat avec les Greta de l’académie.


3- Répression d’une Inspectrice du Travail

Une Inspectrice du Travail de Haute-Savoie vient d’être condamnée pour avoir dénoncé des infractions dans l’entreprise Téfal. Elle avait, avec un salarié lanceur d’alerte - licencié depuis - dévoilé des documents internes prouvant le comportement délictuel de Téfal vis-à-vis du Code du Travail. Ils ont été condamnés chacun à 3500 € d’amende avec sursis ; cette condamnation sera inscrite sur leurs casiers judiciaires, ce qui entraîne une interdiction d’exercer pour l’Inspectrice.

4- Dans le Loiret, l’éducation nationale rêve d’un fichage policier

Dans le Loiret nous avons eu connaissance de ce formulaire scandaleux de signalement : les directeurs d’école et les chefs d’établissement doivent remonter tous les faits qu’ils considèrent "graves" comme : faire grève, parents qui portent une tenue appartenant à une religion etc... !!!

Un article de Libération sur le sujet :
http://www.liberation.fr/france/2015/12/01/dans-le-loiret-l-education-nationale-reve-d-un-fichage-policier_1417561

5- Partenariats

Pour plus d’informations sur les entreprises et associations prêtes à vous aider dans vos activités pédagogiques de tous les jours :

http://eduscol.education.fr/cid45665/accords-cadres-textes.html

6- Réforme du collège : grève le mardi 26 janvier à l’appel de l’intersyndicale- Refusons les formations de propagande

SUD demande toujours l’abrogation de la réforme du collège et appelle à la grève intersyndicale le mardi 26 janvier.
Loin des discours élitistes et anti-pédagogies que l’on entend un peu partout, SUD éducation dénonce l’accroissement des inégalités que va impliquer cette réforme.
SUD éducation défend le droit à la forma-tion. Les formations « réforme du collège » se font sur le dos du droit à la formation continue des personnels.
SUD éducation s’oppose à la multiplication des hiérarchies intermédiaires (conseil pé-dagogique, « formateurs relais »...) ainsi qu’à l’allongement du temps de travail engendré par le fait que ces formations obligatoires sont organisées le plus souvent hors du temps de service devant élèves.

L’intersyndicale, (le SNES-FSU, le SNEP-FSU, le SNFOLC, le SNETAA-FO, le SFSDPEP-FO, la CGT, la CGT de l’enseignement privé, le SNALC, le SNCL, le SIES, la CFE-CGC, le SUNDEP-Solidaires et SUD), pour monter d’un cran dans la mobilisation, appelle à la construction d’une grève nationale majoritaire le mardi 26 janvier 2015.
Elle appelle les personnels à se réunir en assemblées générales, en heures d’information syndicale pour organiser la mobilisation permettant de créer le rapport de force nécessaire pour gagner.

7- APRÈS LES ATTENTATS

Agissons pour la démocratie, le progrès social, contre la répression sociale et syndicale

Dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre, de terribles attentats ont eu lieu dans les Xe et XIe arrondissements de Paris ainsi qu’aux abords du Stade de France à Saint-Denis, faisant 130 morts et plusieurs centaines de blessé-e-s. Notre émotion est immense. Nous sommes frappé-e-s de tristesse, choqué-e-s, révolté-e-s. Nous exprimons notre plus grande solidarité humaine aux blessé-e-s et aux proches des victimes.
Nous condamnons de toutes nos forces ces attaques, leurs instigateurs et ceux qui revendiquent ces attentats. Tout, dans le projet de DAESH et dans cette organisation, est en opposition complète aux valeurs qui animent notre action syndicale : la raison, la solidarité, la justice, la démocratie. Ce sont ces valeurs qui doivent continuer à guider notre action dans ces circonstances si difficiles.
Déjà, les attentats sont l’objet de multiples récupérations et instrumentalisations, il faut les refuser et les dénoncer. Ils ne doivent pas servir de prétexte à une restriction des libertés publiques. Alors que les spectacles du sport de compétition et les rencontres commerciales sont autorisés, la prolongation de l’état d’urgence, les interdictions de manifester et les restrictions des droits syndicaux sont inacceptables.
La répression de celles et ceux qui continuent à utiliser leur droit de manifester ne peut pas rester sans réaction massive de l’ensemble du mouvement social !


Documents joints

PDF - 67.3 ko
PDF - 125.4 ko
Word - 13.5 ko
Word - 15 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Sur le Web

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 13 novembre 2018

Publication

660 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

19 aujourd’hui
66 hier
196870 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés