mobilisation et répression

bulletin d’info aux écoles du 05/02
vendredi 5 février 2016
par  Alixe

Au menu : 1) réformes dans l’Education nationale
2) comment lutter ?
3) … malgré l’état d’urgence !
4) … et la répression syndicale
5) un stage à Valence pour réfléchir...

1) réformes dans l’Education nationale
Après le lycée, c’est le collège qui subit sa ’réforme’ : sous l’emballage pédagogique (de l’interdisciplinaire pour la réussite de tous les élèves) auquel il semble difficile de s’opposer, toujours les mêmes objectifs ministériels :
- territorialiser l’éducation : les contenus changent d’un établissement à l’autre, les horaires par matière aussi ;
- mettre en concurrence : les établissements (voir point précédent), mais aussi les enseignants (c’est le chef d’établissement qui répartit les heures) ;
- économiser en supprimant des postes : les effectifs réels par classe augmentent, les horaires par matière diminuent...
Alors que le bilan de la réforme des lycées (qui suivait la même logique) n’est officiellement pas encore fait, mais négatif sur le terrain, pourquoi persister ? Parce que le projet reste malheureusement le même pour le gouvernement : se désinvestir du champ de l’éducation (et de celui des services publics), pour laisser le secteur privé s’en emparer. C’est déjà une réussite en primaire, où les établissements privés n’ont aucune obligation de mettre en place la semaine de 4 jours ½.
Cette réforme risque d’ailleurs de concerner d’ici quelques années le primaire, par le biais du cycle 3 Cm-6ème notamment. Le ministère n’a toujours pas abandonné l’idée de regrouper les établissements - en en profitant pour mettre un vrai chef, qui ne soit pas un collègue comme les directeurs : soit des écoles proches, soit avec le collège du secteur (voir le rapport de l’IGEN sur le « pilotage et fonctionnement de la circonscription du premier degré », publié en novembre 2015 : évoqué dans la tract en pj).
La mise en œuvre d’un enseignement de qualité, au service de la réussite de tous les élèves, et notamment des plus en difficulté, passe avant tout par une question budgétaire : augmentation du personnel (enseignants, AVS, sociaux, techniques, administratifs,...) pour réduire les effectifs par classe ! Ensuite pourra se poser la question des pratiques pédagogiques... Et arret de la gestion managériale, qui systématise le contrôle de notre travail.
en pj : pour l’analyse, les tracts SUD éduc d’appel à la grève du 26/01 pour le premier et le second degré
l’appel de SUD éduc Grenoble pour la suite

2) comment lutter ?
Une fois qu’on a dit tout ça, qu’est-ce qu’il nous reste ? La mobilisation collective !!!
A SUD éducation, nous sommes persuadés que la grève reste le seul moyen d’établir un rapport de forces entre les travailleurs et les dirigeants. Mais ce rapport de force ne peut exister que dans le cadre d’une grève générale (intercatégorielle, interprofessionelle, avec les usagers) massive reconduite. Des étapes de constructions collectives d’actions sont nécessaires pour construire cette mobilisation.
N’hésitez pas à alerter les parents (et les collègues) en conseil d’école sur ces attaques contre une éducation de service public.
En pj, une lettre écrite par les collègues de l’école de la Bégude-de-Mazenc, qui n’appelle pas à la grève mais participe à construire cette réflexion collective.
en pj : lettre au président des collègues de l’école de la Bégude-de-Mazenc
Au collège, des enseignants mettent en place des stratégies de sape des formations de mise en œuvre de la réforme (questions gênantes, passivité,...). Preuve que la hiérarchie ne supporte pas le manque d’obéissance, la rectrice de Grenoble a demandé aux principaux de lui signaler les personnels qui « expriment des attitudes d’opposition. Elles peuvent notamment se traduire par une présence silencieuse et passive aux formations ou à l’inverse par une participation bruyante », pour lesquels une lettre de signalement sera versée au dossier professionnel.
lien vers l’article complet

3) … malgré l’état d’urgence !
Ne perdons pas de vue que l’état d’urgence est toujours en vigueur, et risque fort de se prolonger...
A quoi sert-il exactement ? Justement (voir point précédent) à contenir les opposants ; et pas que les terroristes islamistes, mais bien l’ensemble de ceux qui s’opposent à l’Etat tel qu’il est et qu’il avance : les manifestants contre la COP 21, et ceux qui pensaient peut-être y aller ; des participants à des stages syndicaux (des tentatives d’annulation de stages la semaine suivant les attentats) ; des manifestants contre l’état d’urgence (des arrestations à Grenoble, une convocation à Valence)... Il facilite la répression de nos actions militantes, quelles qu’elles soient.
Il donne un cadre, largement et ’librement’ accepté, à la restriction de nos libertés : de circulation, d’expression, de communication,... Il légitime et légalise la suspicion comme suffisante. Il installe officiellement un régime d’exception, avec des pouvoirs exceptionnels et non controlés au chef de l’Etat et aux policiers.
en pj : la motion d’actualité voté par SUD éduc Grenoble en congrès
lien vers l’appel unitaire national « Nous ne céderons pas  » et la pétition qui va avec

Notons pour finir (en écho au 1er point) que sur la sécurité il n’est nulle question d’austérité ! La seule véritable priorité est donc la guerre... Les budgets des autres ministères ne vont pas s’en trouver grandis...

4) … et la répression syndicale
Ce n’est pas la première fois qu’on en parle... et peut-être pas la dernière non plus...
Encore une fois, des militants ont été condamnés pour des actions syndicales. Cette fois, pour s’être opposé à des licenciements, 8 syndicalistes ont été condamnés à de la prison ferme !
Des rassemblements de soutien ont eu lieu dans toute la France.
pétition de la CGT Amiens-Nord

Motion d’actualité : Solidarité avec les salariés de Goodyear Congrès académique Sud éducation académie de Grenoble Sud éducation académie de Grenoble, réuni en congrès académique les 13, 14 et 15 janvier 2016, est scandalisé par la condamnation, le mardi 12 janvier, des huit camarades de Goodyear à neuf mois de prison ferme. Nous dénonçons avec force la violence sociale des licenciements et la violence de l’Etat qui condamne la contestation syndicale. Nous soutenons celles et ceux qui luttent pour plus de justice sociale. Cette répression et la criminalisation du mouvement syndical est à relier à celles — policière, juridique, patronale — que subissent les salariés d’Air France, l’inspectrice du travail Laura Pfeiffer et le salarié de Tefal, pour ne citer que les exemples les plus récents. À chaque fois, le même acharnement à considérer comme des criminels les travailleurs-euses qui défendent leurs emplois. Solidarité et relaxe pour tous les militants syndicaux et les travailleurs-euses poursuivi.e.s. Arrêt de la criminalisation des mouvements sociaux. Pour une réponse syndicale et sociale d’ampleur !

5) un stage à Valence pour réfléchir
à tout ça et plus encore...

réflexion sur la soumission à l’autorité

Militants à Sud éducation, nous refusons la hiérarchie entre les travailleurs. Nous souhaitons réfléchir aux situations de soumission – involontaire parfois – à l’autorité, qu’elle soit hiérarchique, du groupe, ... que nous pouvons/pourrions vivre. Comment s’affranchir de cette soumission à l’autorité ? Est-ce suffisant d’en avoir conscience pour ne pas reproduire soi-même ces situations, ou s’y laisser prendre/enfermer ?
À travers notre métier, nous tentons de questionner, et parfois de remettre en cause la domination entre celui qui sait, et celui qui apprend. Prenons le temps de réfléchir ensemble à nos cadres de vie, de travail de pratiques d’éducateurs-trices.
Comment vivre en groupe sans se laisser dominer ?
Éduquer, est-ce soumettre ?
24-25 mars à la Maison des Syndicats de Valence
N’oubliez pas d’envoyer votre demande d’autorisation d’absence à votre supérieur (modèle en pj) avant le 24 février.


Documents joints

bulletin 05/02 mobilistion et répression
PDF - 119.2 ko
PDF - 278.2 ko
PDF - 197.6 ko
OpenDocument Text - 11.3 ko
affiche du stage
OpenDocument Text - 15.7 ko
PDF - 6.5 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 24 septembre 2018

Publication

655 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

14 aujourd’hui
93 hier
191162 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés