Bulletin hebdo Isère du 17 juin 2016

mardi 21 juin 2016

1- La rue est à nous !

Le gouvernement ne se contente pas de pondre une loi écrite par le MEDEF, de sortir le 49-3, il veut maintenant nous interdire de manifester ! La bonne blague... Notre réponse doit être à la hauteur du mépris affiché pour les travailleurs. Prochains rendez-vous pour la mobilisation à Grenoble :

Journée de grève le jeudi 23 juin. Manifestation à 14H, départ place Félix Poulat.

Journée de grève le mardi 28 juin. Manifestation à 14H, départ gare.
Après plus de trois mois de lutte contre le projet puis la loi Travail, certains secteurs en lutte et en grève ont besoin de notre soutien !! Une Caisse de grève nationale a été mise en place par l’Union syndicale Solidaires. Les dons, même petits, peuvent être adressés à l’ordre de « Solidaires/Caisse de grève » au 144 Boulevard de la Villette Paris 19ème. D’avance merci !

2- Marre des grèves ?

À vous qui avez gloussé de joie en tombant sur le lapsus révélateur du sieur Valls qui lui a fait dire qu’il fallait « apprivoiser » les français (https://www.youtube.com/watch?v=oKNwVqLVBxs), à vous qui chérissez le gouvernement, le MEDEF, la CFDT ou l’UNSA. À vous qui les chérissez peut-être même tous en même temps... la pièce jointe « Marre des grèves » est faite pour vous. De rien, plaisir d’offrir.

3- Réforme du collège : ne faisons rien !

Discrètement et sans faire de vague, la contestation contre la réforme du collège s’est faite moins virulente. Discrètement et sans faire de vague, hiérarchie et promoteurs de la réforme ont réussi en promettant monts et merveilles à nous faire accepter la réforme comme inéluctable. Discrètement et sans faire de vague, journée de formation après journée de formation, nous doutons que l’on puisse arrêter cette réforme que nous savons mal pensée, dangereuse et inapplicable en l’état.

Sud éducation vous propose de ne pas simplifier le travail de notre hiérarchie et de bloquer simplement la réforme : ne faisons rien ! Ne proposons pas d’EPI, refusons d’organiser l’AP en classe entière ! Ne participons pas lors des réunions préparatoires de la rentrée à une parodie de consultation et de démocratie interne ! Voir le tract Sud éducation académie de Grenoble en pièce jointe !

4- La directrice académique a de la ressource !

Vous trouverez en pièce jointe le délicat, le merveilleux projet de Mme FIS, directrice académique de l’Isère, pour faire face à la pénurie de remplaçants : proposer aux stagiaires de l’ESPE de cette année d’aller boucher les trous dans les écoles. Le tout après avoir subi les galères, les pressions et trop souvent les exigences absurdes et démentielles d’une éreintante année de formation. Allez, ne boudons pas notre plaisir ! Sud éducation lance le bras de fer de l’absurde avec la directrice et fait siennes les propositions de Ferdinand Lop  : l’aménagement de trottoirs roulants pour faciliter le labeur des péripatéticiennes, l’octroi d’une pension à la femme du soldat inconnu, l’installation de Paris à la campagne pour que les habitants profitent de l’air pur et la suppression du wagon de queue des métros.

5- À bas les pauvres !

Le Conseil départemental de l’Isère a décidé de ne plus donner d’argent aux familles qu’il juge «  ne pas avoir le droit de rester en France », contrairement à ce que dit le Code de l’Action Sociale et des familles. En effet, l’aide en nature ne peut se substituer à une aide financière (article L 222-3). Cette discrimination, s’apparentant à de la préférence nationale, est illégale au regard de l’article L 111-2 du Code de l’Action Sociale et des familles. Nous demandons à M. Barbier, président du Conseil départemental, de revenir sur cet avenant et à M. Beffre, Préfet de l’Isère, de faire respecter la loi pour qu’au XXIe en France, des enfants et leurs parents aient de quoi subvenir au minimum de leurs besoins vitaux, sans être obligés de mendier. Vous pouvez signer la pétition http://Famillessanslesou.wesign.it/fr qui sera déposée au Conseil départemental (7 Rue Fantin Latour, Grenoble) à l’occasion du rassemblement prévu jeudi 23 juin 2016 à 13h30

6- Invitation à l’apéro-grillades made in Sud éducation le vendredi 24 juin !

Votre syndicat préféré (sondage iflop pour BFM TV, juin 2016) vous convie à un banquet festif histoire de nous rencontrer autour d’un verre. Au programme : joie, volupté, esprit de combat, apéro, grillades, salades, ...

Vous pouvez venir les mains dans les poches ou avec une bouteille, une salade, un dessert, histoire de partager. Tout le monde est le bienvenu, adhérents, comparses, collègues (même s’il ne sont pas adhérents bien sûr !). Cette ribouldingue sans prétention se déroulera le vendredi 24 juin à partir de 18 heures au local de Grenoble, 12 bis rue des Trembles (Tram A arrêt La Bruyère).

7- Les « aspects positifs » de la dictature :

Pour endiguer l’arrivée de migrants dans l’Union européenne, ses dirigeants souhaitent faire sous-traiter une partie du travail aux régimes africains. Un accord a déjà été signé avec l’Etat turc afin de faire de celui-ci un garde-frontières plus « efficace ». Des accords sont maintenant à l’étude avec les gouvernements du Soudan, de l’Érythrée et de l’Éthiopie. Des milliards versés à des dictatures à peine voilées ? Pas de problème, au contraire ! Quoi de mieux pour fermer la porte aux femmes et hommes qui fuient les guerres et la pauvreté ? Aaaaaah les belles valeurs de notre civilisation et de l’Union européenne

(c’est au programme maîtreeeesse ??) : « Le traité de Lisbonne a précisé les valeurs de l’Union, à savoir le respect de la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, l’état de droit, le respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. (Hi hi !) »

8- Le mot de la semaine : Marseillaise.

JPEG - 36.8 ko

1678, juste avant l’échauffement, de féroces soldats nantais viennent s’abreuver du sang impur de Gontran Waddle (avant-centre marseillais) histoire d’abreuver leurs sillons et d’avoir une chance de gagner.
Marseillaise, nom fém. : 1- Habitante de Marseilleuh cong’. 2- Ce qui, depuis 1879, nous sert d’hymne nationaaaal à brailler à la gueule des crétins en rouge avant le match. Hist. : En 1908, le maire de la commune de Saint-Ay, près d’Orléans, demande à Gaston Couté de mettre d’autres paroles sur la Marseillaise qu’il trouve trop sanguinaire. Couté écrit son texte et la Marseillaise, rebaptisée « La Paysanne », est interprétée et chantée sur l’air de la Marseillaise par les sapeurs-pompiers que ce maire pacifiste a débarrassés de leurs habituels sabres. Extrait : « Et, seule guerre nécessaire, faisons la guerre au Capital puisque son or, soleil du mal, ne fait germer que la misère. » Joie pure : à écouter là : https://www.youtube.com/watch?v=8jTk6ESlrhs&list=RD8jTk6ESlrhs

PDF - 43.9 ko
PDF - 1.1 Mo
PDF - 166.4 ko
Word - 512 ko