Bulletin hebdo Isère du 24 juin 2016

dimanche 26 juin 2016

1- La seule solution pour faire baisser le nombre de chômeurs serait de demander à la police de les compter  :
A la suite de Hollande et de Valls, le ministre de l’intérieur a tenté d’interdire toute manifestation à Paris jeudi 23 juin. Raté. En fait, devant la très juste détermination de centaines de milliers de travailleurs (que les chiffres soient autant minimisés par le gouvernement et les médias est un aveu de faiblesse évident) à préserver leurs intérêts de travailleurs, soutenus en cela par des millions d’autres, il ne reste plus au pouvoir que d’essayer l’intimidation policière et judiciaire.
Il faut le rappeler encore, TOUT dans cette loi est écrit par la Medef. TOUT dans cette loi attaque les droits des travailleurs et pas seulement ceux du privé. Demain ce sera le tour du secteur public. Les attaques contre les travailleurs du privé annoncent toujours celles contre les fonctionnaires. Le rapport « Laurent » remis fin de semaine dernière au Premier ministre entend s’attaquer par exemple aux astreintes et à la durée du travail des fonctionnaires.
La mobilisation continue avec une nouvelle journée de grève le mardi 28 juin !
À Grenoble, manifestation à 14H, gare.

PNG - 567.7 ko

2- Brexit : « pile je gagne, face tu perds »
Les deux camps représentaient en effet les mêmes politiques qui, dans le passé, ont consisté à serrer la vis aux travailleurs pour leur faire payer la crise provoquée par les patrons. Ce référendum n’était qu’un faux choix entre deux façons différentes d’être pendus. La seule façon d’aller de l’avant est de se préparer à combattre le capitalisme et les gouvernements à son service en s’unissant, quelle que soit les nationalités, par-dessus toutes les divisions que les capitalistes voudraient créer dans leurs rangs.

3- Qui sont les casseurs ?
Depuis plus de vingt ans, les politiques de santé n’ont eu pour objectifs que réduction des déficits publics, rentabilité et marchandisation. Elles ont conduit à une véritable déstructuration de notre système de santé. Plus de 50 000 lits d’hospitalisation ont été fermés de 2000 à aujourd’hui. Ça ne suffit pas. Les groupements hospitaliers de territoire (GHT) édictés par la loi de modernisation* du système de santé, l’austérité ponctionnant 10 milliards d’euros sur la santé de 2015 à 2017, aggraveront la situation. Ça ne suffit pas. Cette même loi prévoit la suppression de 22 000 postes.
Le 11 mars dernier, Frédéric Valletoux Président de la fédération hospitalière de France, s’est trouvé contraint d’écrire à Manuel Valls : « Depuis plusieurs mois, de nombreux services d’urgences sont saturés, entraînant l’épuisement des équipes. (…) Nous ne pouvons comprendre que la fermeture des lits apparaisse à certains responsables comme la solution miracle à l’amélioration de l’efficience de nos hôpitaux. » Quelle télévision, quelle radio, pour relayer cette véritable destruction de l’hôpital public ?
Mais lors de la manifestation du 14 juin à Paris, des vitres de l’hôpital Necker ont été brisées. Juste après que Valls ait été s’indigner télégéniquement sur les lieux, un parent d’enfant soigné à Necker a tenu à témoigner  : « Certes, briser les vitres d’un hôpital, même par mégarde, c’est idiot ; mais sauter sur l’occasion pour instrumentaliser la détresse des enfants malades et de leurs parents pour décrédibiliser un mouvement social, c’est indécent et inacceptable. Et c’est pourtant la stratégie de communication mise en œuvre depuis hier, par MM. Cazeneuve et Valls. »
* ça date de 2015 et pour celles et ceux qui suivent, oui, encore ce mot « modernité » dont nous savons qu’il signifie « destruction » dans la vraie vie.

4- Une pensée aux familles des vitrines :
PNG - 592 ko
Qui sème la haine des pauvres, recolle sa façade... Manuel Valls aurait (conditionnel attention !) vivement réagi ce jeudi sur Twitter : « Les actes de dégradations du Code du travail siège de la CFDT sont une attaque intolérable contre la démocratie sociale ».

5- « Il est l’or mon segnor... » :
Selon le quotidien Le Monde, le fabricant de ciment français Lafarge, fleuron du CAC 40 aurait monnayé pendant un an auprès de l’Etat Islamique les accès à son usine syrienne pour pouvoir continuer à produire coûte que coûte. L’histoire, simple comme le capitalisme, d’une cimenterie parmi les plus modernes et importantes du Proche-Orient, que sa direction a tenté de faire fonctionner coûte que coûte au milieu d’un pays à feu et à sang, au prix d’arrangements troubles et inavouables avec les groupes armés environnants, dont l’organisation Etat Islamique. Il faut dire que, dans la Syrie ravagée par la guerre civile, le prix du sac de ciment avait alors plus que doublé ; mais ça n’a rien à voir, pardon.

6- Toi aussi, joue avec tes amis ! Cadeau pour les vacances :
http://convertisseur.kingconv.com/v/liliane/index.php

7- Le mot de la semaine : Rossetti

JPEG - 521.1 ko

Cité des peintres, 1853 - « Hé Rossetti ! Ouech ton heure de gloire est arrivée ouech, tu seras dans le BH de Sud éducation avec ce tableau emblématique d’une œuvre par ailleurs un tantinet absconse !* »

Dante Gabriel Rossetti (1828 – 1882)  : Peintre, poète, traducteur et écrivain britannique dont le tableau Dante dessinant un ange (1853) restera éternellement, pour tous les lecteurs du Bulletin Hebdomadaire, le tableau emblématique d’une œuvre par ailleurs un tantinet absconse (*c’est bien ce que j’disais). Hist : Rien à voir avec Rossetti mais hommage doit être rendu ici à Pierre Desproges qui, avec son Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des bien nantis, a inspiré l’idée de ce mot de la semaine.
Bonnes vacances sans chefs !


Documents joints

Word - 1.4 Mo

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 4 octobre 2018

Publication

657 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

58 aujourd’hui
77 hier
193594 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés