Bulletin Drôme 2 mai 2017

mardi 2 mai 2017
par  Sophie

Au Menu :
1) LSUN : encore et toujours non !
2) Guide pratique pour les instits et profs des écoles
3) Fonds publics à l’école privée : + de 16 millions d’€
4) Transport de marchandises, changeons d’ère
5) Marchandisation de l’école
6) SOS Méditerranée

1) LSUN : encore et toujours non !
Sous couvert d’améliorer les outils de suivi des élèves des cycles 2 à 4 en les simplifiant et en les uniformisant, le ministère impose, dès cette année, la mise en place d’un Livret Scolaire Unique Numérique (LSUN) qui doit à la fois tenir lieu de Livret Personnel de Compétences et de bulletins scolaires (bi)trimestriels. Le LSUN constituera surtout un nouvel instrument de flicage des élèves et une restriction notable de la liberté pédagogique de leurs professeur‑e‑s. C’est pourquoi la fédération SUD éducation mène campagne, appelle tous-tes les collègues à se mobiliser contre le LSUN et à informer les familles de ses dangers.
Voir la campagne sur le site de Sud Éducation

2) Guide pratique pour les instits et profs des écoles
Depuis une vingtaine d’années, la casse systématique du service public d’éducation durcit nos conditions de travail dans les écoles.
Parallèlement, nous constatons de plus en plus de demandes abusives de la part de l’administration.
Malheureusement, nous ne connaissons pas toujours nos droits et nous ne sommes pas en mesure de contester les abus dont nous faisons les frais. Cela contribue à détériorer lourdement nos conditions de travail.
L’objectif de ce guide est donc de mieux faire connaître nos droits pour nous défendre et tenter d’améliorer concrètement notre quotidien. L’idée est de pouvoir utiliser le droit comme moyen d’action face à notre employeur parmi tous les autres moyens d’action dont nous disposons, Sud Éducation privilégiant bien évidemment le rapport de forces, dans lequel l’aspect juridique peut être un levier.
Nous ne devons pas perdre de vue les luttes collectives pour améliorer nos conditions de travail, et pour construire une autre école et une autre société.
Télécharger le guide sur le site de Sud Éducation

3) Fonds publics à l’école privée : + de 16 millions d’€
« Nous avons commencé les inventaires de l’argent public indûment octroyé à l’enseignement privé.
Conseil Régional :
Il finance principalement les lycées généraux et technologiques privés.
Liste des crédits : forfaits d’externats (crédits de fonctionnement et crédits pour les personnels de service) / forfait pour l’E.P.S. / crédits d’investissement (loi Falloux, Astier, Rocard) , projets, voyages...
En ce qui concerne l’enseignement agricole, c’est le ministère de l’agriculture qui leur verse les forfaits d’externat. Ce sont les sommes les plus importantes. Le Conseil Régional verse tout le reste.
Voici la somme totale pour 2016 pour l’Ardèche et la Drôme : 8 608 032 € (hors forfaits d’externat des lycées agricoles privés.)
Conseils départementaux :
Ceux-ci s’occupent des crédits des collèges privés (les mêmes que le C.R. pour les lycées privés ). Il donne aussi quelques crédits aux écoles.
Conseil Départemental de la Drôme :
Somme globale donnée à l’enseignement privé de la Drôme (principalement les collèges) 3 967 553 €. Près
de 4 millions d’euros !
Conseil Départemental de l’Ardèche :
Les chiffres sont incomplets, car dans nos documents, certains crédits sont globalisés avec ceux des collèges publics. Nous avons toutefois les chiffres principaux : 3 586 772 €. Avec ce qui manque, cela dépassera certainement les 4 millions d’euros. »
Article issu du bulletin de la FADLP 4ème trimestre 2016 : LA LIBRE PENSÉE ARDÉCHOISE

4) Transport de marchandises, changeons d’ère
Le transport de marchandises par le rail, le fret ferroviaire, est en train de mourir.
Trois décennies de concurrence avec la route l’ont fortement affaibli.
C’est que la route ne coûte pas cher aux transporteurs routiers, tandis que le rail coûte à l’entreprise publique qu’est la SNCF.
Alors même que le fret ferroviaire était diminué, les politiques néolibérales européennes et françaises l’ont ouvert à la concurrence, comme pour mieux l’achever.
C’est pourtant la route qui pollue le plus et qui coûte le plus cher à la collectivité. Le fret ferroviaire revêt un intérêt stratégique pour le pays, tout en étant écologiquement viable. Combien d’activités industrielles peuvent-elles aujourd’hui se prévaloir de tels mérites ?
Sa sauvegarde suppose du courage politique : celui de mettre un terme au déséquilibre rail-route, pour que les marchandises voyagent massivement sur des trains, et sur des camions pour les derniers kilomètres uniquement.
Les cheminots alertent l’opinion depuis plus d’une décennie. Ils ont choisi cette fois de s’adresser à vous au travers d’un documentaire réalisé par Gilles Balbastre et d’un rapport coécrit avec le cabinet Émergences.
Le documentaire a été fait pour être vu, le rapport pour être lu et l’ensemble pour être débattu.
Le CE Fret
Documentaire et rapport sur le site du CE Fret

5) Marchandisation de l’école  
Et si Monsanto enseignait à nos enfants la biodiversité !
C’est un peu l’objet du partenariat que viennent de signer les Éditions Nathan et le GNIS, un syndicat national de semenciers regroupant quelques-unes des multinationales les plus dangereuses du marché.
C’est un membre de SumOfUs qui nous a alertés sur cette collaboration de la honte. L’éditeur de manuels scolaires et le GNIS travaillent à la publication d’une revue intitulée « Mille et une graines » pour accompagner professeurs et lycéens sur des thèmes tels que « la biodiversité » ou « nourrir l’humanité ».
Dites aux Éditions Nathan que l’école ne doit pas devenir un lieu de propagande pour les entreprises. https://actions.sumofus.org/a/

6) SOS Méditerranée
SOS MEDITERRANEE est une jeune association civile de sauvetage en haute mer, créée en 2015 dans un élan de la société civile européenne mobilisée face à l’urgence humanitaire en Méditerranée.
Le week-end dernier (18-19 mars), pendant 15 heures consécutives, elles ont procédé à 9 opérations de sauvetage portant secours à 946 personnes parmi lesquelles plus de 200 mineurs non accompagnés ! En état de choc et d’hypothermie, bon nombre d’entre elles étaient terrorisées à l’idée de se noyer.
946 personnes à secourir, accueillir, soigner, rassurer, nourrir pendant 2 jours jusqu’à leur débarquement en Sicile. La traversée s’est achevée par une nouvelle naissance à bord, celle de Mercy, née le 21 mars, en pleine santé.
Plus d’information : http://www.sosmediterranee.fr/#


Documents joints

PDF - 226.2 ko

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 5 juillet 2017

Publication

580 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

25 aujourd’hui
45 hier
149676 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés