RÉFORME DU BACCALAURÉAT ET DE L’ENSEIGNEMENT EN LYCÉE

Pourquoi avec cette reforme, (la plupart de) nos enfants ne pourront plus faire les études de leur choix !
vendredi 9 mars 2018
par  PY

La réforme du lycée présentée le 14 février dernier, est dramatique tant elle vise à détruire le service public d’éducation ! Avec cette réforme, le lycée ne sera plus un espace où la lycéenne et le lycéen, d’où qu’elle ou il vienne pourra se construire sereinement et définir son projet professionnel.

Les lycéen-nes seront plus isolé-es qu’aujourd’hui, alors qu’il est plus important que jamais d’apprendre et de faire l’expérience du collectif !

Les parcours sont individualisés mais sans volonté d’équité (plus de moyens pour les plus fragiles). Les élèves seront plus rarement en groupe classe (les groupes seront constitués sur deux enseignements de spécialité seulement).

Ils n’auront plus “le temps de...”

Le temps de se cultiver, le temps d’ébaucher leur projet professionnel, de se tromper, de le remettre en question... Il va falloir très tôt choisir les enseignements qui détermineront l’accès aux études de leur choix : en effet, c’est en fin de seconde que les élèves devront choisir la doublette d’enseignement de spécialité qui servira pour la sélection à l’entrée en licence (les fameux « attendus de licence ») : 1h30 de travail à l’orientation (dès la première) c’est 1h30 en moins pour se cultiver dans une matière !

“Re-muscler le baccalauréat” : pour qui ??

Le lycée va servir d’un côté une élite pour qu’elle puisse se former (pour qui la perte d’heures d’enseignement se compense ou pas par l’accompagnement familial) et va servir à former une main d’œuvre bon marché (que le gouvernement a vraisemblablement peu à cœur de former). Quelques exemples :
◊ Les langues vivantes deviennent soit des moyens pour les filières d’excellence soit un apprentissage au rabais.
◊ Le grand oral... pour qui ? Blanquer parle de renforcer le français dès la 2de mais sans effort particulier pour les plus faibles.
◊ Les élèves qui ne choisiront pas math (entre autres disciplines) comme enseignement de spécialité en fin de seconde verront plein de portes universitaires se fermer !
◊ On nous dit que 5 à 10 doublettes d’enseignement de spécialité devront être proposées dans chaque établissement et que toutes les doublettes doivent être présentes sur le bassin. Il est clair que les élèves ne seront pas égaux selon leur origine géographique. Quels seront les moyens proposés aux élèves insatisfaits par les choix de leur établissement pour se rendre dans un autre établissement de leur choix ? Rien n’est dit...

Le bac ne va plus permettre d’accéder aux études de son choix dans l’Université de son choix.

Cette réforme entraînera encore davantage d’inégalités entre les établissements. Ce sera la fin du cadre national : l’importance du contrôle continu (40% du bac) couplé avec la sélection conduira, par manque de place, les élèves des lycées non prestigieux à ne pas être sélectionnés. Les universités ne vont pas avoir les moyens de lire tous les dossiers. Les avis (favorables ou non) seront classés par lycées d’origine...
Par ailleurs, Parcoursup’ ce sont 10 vœux, souvent larges géographiquement : peu de chance donc d’obtenir le lieu d’étude souhaité. Pour la/le futur-e étudiant-e qui n’aura pas de réponse positive : le choix final sera laissé au recteur. Les dossiers seront demandés pour quasiment toutes les licences.

De quel service d’éducation a-t-on toutes et tous besoin en lycée ?

Un espace d’apprentissage (la culture générale ne doit pas être réduite au profit de l’orientation) équitable (on veut plus pour celles et ceux qui ont moins !), avec un temps long (les jeunes doivent avoir le temps de réfléchir à leur orientation), sans pression extérieure (l’entreprise ne doit pas avoir son mot à dire sur les formations et ne doit pas pouvoir être invitée aux examens !).

Pour être de qualité, les services publics doivent pouvoir répondre aux besoins pour lesquels ils existent et donc disposer de moyens suffisants pour permettre aux agents de fournir un service de qualité ET sans discrimination de territoire !
Concernant l’éducation, les élèves ne peuvent se construire sous la pression du monde du travail ! L’Ecole, en tant que service public, donc présent sur tout le territoire, ne peut se défausser de son rôle en faveur de l’équité ! Nos enfants doivent être protégés de la politique d’austérité imposée par le gouvernement !
En tant qu’usager-es, vous pouvez dénoncer ce projet de réforme autour de vous (dans les écoles, collèges, lycées mais aussi sur vos lieux de travail), constituer des collectifs d’usager-es et nous retrouver dans la rue : JEUDI 22 MARS !


Documents joints

Lycée bac SUD alerte parents

Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 13 avril 2018

Publication

632 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

51 aujourd’hui
55 hier
175066 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté