lettre informations drômoises avril 2018

mercredi 2 mai 2018
par  Sophie

Au Menu :
1 – SNCF : le gouverne-MENT
2 – France Culture : « On est tous le cheminot de quelqu’un d’autre »
3 – Caisse de grève SUD Rail
4 – Encore des sous pour le privé !!!
5 – Pas de matraque dans les facs
6 – Non à la formation formatage
7 – Stop au démantèlement des EREA !
8 - Tout comprendre sur le projet de loi asile et immigration en vidéos
9 – Abjecte !

1 – SNCF : le gouverne-MENT
« Quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage », ce proverbe bien connu résume parfaitement l’attaque gouvernementale sans précédent que subit le service public ferroviaire. L’arme du crime est connue : le fameux « rapport Spinetta »,amalgame de demi-vérités et de gros mensonges, qui, ciblant les cheminots veut livrer notre système ferroviaire aux appétits du privé. Construire cette mobilisation pour notre bien commun passe par le rétablissement de quelques vérités...
Le tract ici , des affiches

2 – France Culture : « On est tous le cheminot de quelqu’un d’autre »
A l’heure où le gouvernement d’Édouard Philippe souhaite réformer la SNCF et le statut des cheminots, voyageurs et cheminots racontent leurs conditions de travail et leur quotidien sur les rails.
L’émission ici

3 – Caisse de grève Sud Rail
Les cheminots ont besoin de soutien !!!
La cagnotte en ligne ici

4 - Encore des sous pour le privé ! Macron rend l’école obligatoire dès 3 ans
En marge des assises de la maternelle qui se sont tenues les 27 et 28 mars sous l’égide de neuro-Boris Cyrulnik avec plein de neuro-intervenant-es, très peu d’enseignant-es de maternelle et sans aucun mouvement pédagogique, ni syndicat et encore moins de parents (le consensus sera d’autant plus facile !) notre neuro-président accompagné de son neuro-ministre de l’éducation nationale a profité d’une visite dans une classe maternelle où il assistait à une séance de phonologie pour annoncer l’avancement de l’obligation scolaire à 3 ans. Les esprits chagrins diront que c’est juste une mesure symbolique vu que déjà 97 % des enfants de 3 ans sont scolarisé-es, ça va pas changer grand-chose. D’autres diront que c’est une reconnaissance du professionnalisme des prof de maternelle, un peu comme si notre neuro-ministre voulait préparer le terrain à la création d’un « certificat d’enseignement en maternelle ».
Toujours est-il qu’à y regarder de plus près, c’est encore un cadeau empoisonné ! En abaissant l’âge de la scolarité obligatoire en 2019, Macron rend obligatoire le financement publique des écoles maternelles privées. Jusqu’à présent l’obligation de financement se limitait aux écoles élémentaires. Outre le fait qu’une nouvelle fois, de l’argent publique va financer des écoles privées, avec des budgets municipaux de plus en plus contraints, il y a fort à parier que les écoles publiques vont une nouvelle fois être plumées… Par ailleurs, cet abaissement laisse présager la fin de la possibilité de scolariser les 2 ans et surtout dispense de poser les vrais problèmes que sont les conditions d’accueil et la réduction des effectifs par classe.
L’analyse de SUD Education ici et celle de La libre pensée

5 - Pas de matraque dans les facs
Lundi 9 avril, les forces de police sont intervenues dans deux universités à Nanterre et à Lille 2. Elles ont délogé avec violence des étudiant-e-s et personnels grévistes et ont usé de gaz lacrymogènes contre des personnes pacifiques.
Plutôt que de répondre aux revendications ce gouvernement fait le choix de la répression. Plusieurs étudiant-e-s avaient été blessé-e-s dans une opération similaire menée à l’université de Bordeaux. Ces attaques contre les étudiant-e-s grévistes encouragent les opérations menées par des groupuscules d’extrême droite comme à Montpellier, Strasbourg, Angers ou Tolbiac (centre PMF-Paris I).
Pour SUD éducation, la police n’a rien à faire dans les universités et surtout pas à en déloger les étudiant-e-s et les personnels qui se réunissent sur leurs lieux de travail et d’étude. Ils et elles en sont les seul-e-s occupant-e-s légitimes. Nous réclamons la libération immédiate et sans poursuites des sept étudiant-e-s de Nanterre interpellé-e-s.
Face à ces violences, nous appelons l’ensemble des personnels du supérieur à se réunir et à refuser d’assurer leurs missions, notamment la surveillance des examens, sous la surveillance de la police.
Si la seule réponse du gouvernement est le recours à la force alors les personnels du supérieur doivent répondre par l’extension des grèves.

6 - Non à la formation formatage
Le ministère vient d’annoncer dans un document de cadrage, le contenu des formations continues qu’il compte imposer dans le cadre des 18h d’animations pédagogiques pour la rentrée 2018.
Si depuis un certain temps déjà, les DSDEN et les IEN imposent des animations pédagogiques dites « obligatoires » qui souvent se limitent aux domaines disciplinaires dit « fondamentaux », on passe avec ce document ministériel à une étape supérieure dans le formatage et l’uniformisation des pratiques pédagogiques.
L’analyse de SUD Education ici

7 - Stop au démantèlement des EREA !
Depuis quelques années, les suppressions de postes, et notamment des postes d’éducateurs en internat sont combattues par de nombreuses mobilisations des personnels dans les EREA. Chaque année, les académies mettent en place de véritables plans de destruction de ces établissements, s’appuyant sur les dernières circulaires, comme celle qui sera mise en œuvre à la rentrée 2018 (EREA n°2017-076 du 24-4-2017). Celle-ci remet en cause le fonctionnement des EREA et les statuts des personnels en allant vers la redéfinition locale et individuelle des missions et des obligations de services des enseignants affectées en EREA.
L’analyse de SUD Education ici

8 - Tout comprendre sur le projet de loi asile et immigration en vidéos
La Cimade décrypte le projet de loi asile et immigration dans une série de courtes vidéos pour tout comprendre sur les enjeux de ce texte dangereux
Le lien ici

9 – Abjecte !
Samedi matin, une centaine de militants racistes venus de toute l’Europe sont arrivés au col de l’Échelle (Vallée de Névache, vers Briançon).
Ils ont pour mot d’ordre "Défendons l’Europe". Membres du groupuscule d’extrême droite Génération Identitaire, ce sont les mêmes qui avaient équipé un bateau pour mettre en danger les exilés en mer, finissant par devoir être sauvés tant leur projet était grotesque. 
Nouvelle campagne de communication, ils ont choisi raquettes à neige, 4X4, hélicoptères et drônes. C’est toute l’extrême droite européenne, Danois, Hongrois, Allemands, Slovaques, Italiens et Français, qui s’associe pour exprimer librement sa haine des étrangers, sous le regard bienveillant de la préfecture qui laisse une milice fasciste faire sa loi sur une portion de territoire français et italien.
Quoi de plus surprenant alors même que le projet de loi asile-migration est étudié à l’Assemblée et qu’il est largement approuvé par les députés de LREM et du FN.
Nous, citoyens et citoyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes, militants et militantes antiracistes, collectifs et associations de soutien aux exilés, nous demandons aux autorités de déloger cette milice fasciste du Col de l’Échelle le plus rapidement possible. 
Faute de quoi nous appellerons à un grand rassemblement dans les jours qui viennent pour libérer nous-mêmes le col de l’Échelle.
Pas de fachos dans nos montagnes, pas de fachos dans nos vallées, pas de fachos dans nos villes !
Communiqué Solidaires ici


Documents joints

PDF - 553.3 ko

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 4 octobre 2018

Publication

657 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
13 Auteurs

Visites

4 aujourd’hui
77 hier
193540 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté