Covid et personnes vulnérables : le gouvernement sacrifie les plus faibles !

mardi 22 septembre 2020

Parce que faire travailler coûte que coûte un maximum de personnes est l’objectif affiché par le gouvernement afin de faire de nouveau tourner le capitalisme à plein régime, le gouvernement Castex a promulgué le 29 août dernier, un décret qui réduit considérablement le champ d’action pour les personnes les plus fragiles. Voici un état des lieux.

Malades ou personnes susceptibles de développer une forme grave de COVID-19, Castex et Macron ont besoin de vous !

Parce que faire du profit ça n’attend pas, Macron et Castex se sont empressés de renvoyer au travail un maximum de travailleur-se-s. Par le décret 2020-1098 du 29 août 2020 et la circulaire nº6208/SG, le premier ministre réduit comme peau de chagrin le champ des ASA (Autorisations Spéciales d’Absence) pour les personnes vulnérables. Ledit décret énumère brièvement les cas concernés dorénavant par le terme « vulnérable » :
- être atteint d’un cancer évolutif et sous traitement, (hors hormonothérapie),
- être atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise :

  • médicamenteuse : chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
  • infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
  • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
  • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement ;

- être âgé-e de 65 ans ou plus et avoir un diabète associé à une obésité ou des complications micro ou macro vasculaires ;
- être dialysé-e ou présenter une insuffisance rénale chronique sévère.

« C’était mieux avant... »

Exit les agent-e-s victimes de pathologie respiratoires, d’obésité morbide, de cardiopathie, d’insuffisance hépatique, en fin de grossesse… Exit les personnes vivant avec une personne vulnérable. Exit pour les médecins la liberté de choisir la vulnérabilité ou non de leurs patient-e-s. Exit le secret médical !

Quoi ça ?

Pour justifier cette décision, le ministère de la Fonction Publique annonçait, à l’issue de la réunion avec les organisations syndicales mercredi 26 août, qu’il convenait aujourd’hui, puisque « l’urgence sanitaire est passée », de réserver les ASA aux personnes « les plus fragiles des plus vulnérables ». Même si l’OMS et plusieurs scientifiques nationaux affirment que l’automne risque d’être une période plus que délicate sur le plan sanitaire, avec Castex & Co, c’est en marche ou crève !

Pour protéger toutes les personnes vulnérables, SUD éducation revendique :

  • une prise en charge totale de l’employeur ;
  • la reconnaissance de la contamination au COVID en accident du travail ou en maladie professionnelle ;
  • le retour à la liste antérieure des pathologies donnant droit à des ASA ;
  • le maintien en ASA de l’ensemble des agent.e.s porteur-euse-s d’une maladie chronique qui le souhaitent ;
  • le maintien des ASA pour les agent-e-s dont les enfants ne seraient pas scolarisés à cause d’une contamination COVID ;
  • le maintien des ASA pour les personnes cohabitant avec une personne vulnérable ;
  • un dispositif d’ASA pour les agent-e-s mis-es en quatorzaine dans l’attente d’un dépistage ;
  • l’abrogation de la journée de carence ;
  • la liberté laissée aux médecins de décider si un cas nécessite l’octroi d’un arrêt avec ASA
PDF - 212.3 ko
Tract covid et personnes vulnérables

Agenda

 

2020

 

 

Octobre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 27 octobre 2020

Publication

785 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
4 Sites Web
209 Auteurs

Visites

99 aujourd’hui
161 hier
289851 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés