Inaction sanitaire, mépris de Blanquer : ça suffit !

Toutes et tous en grève le Jeudi 13 janvier
lundi 10 janvier 2022

Après un mandat présidentiel néo-libéral et 2 ans de « gestion » des effets de l’épidémie à l’école, le constat est clair : les mesurettes ne sont pas à la hauteur des enjeux sanitaires, éducatifs et sociaux auxquels les personnels de l’Éducation Nationale doivent faire face, ni d’un service public de qualité pour tou-tes. Cette non gestion de la crise sanitaire jumelée à la casse méthodique du service public d’éducation par le Ministre depuis 5 ans, rend les conditions de travail des personnels insupportables. Face à ce mépris sans cesse renouvelé, il est temps de dire STOP !

En grève dès cette semaine et après pour obtenir plus de moyens !

A SUD éducation, nous dénonçons le manque de préparation et d’anticipation du ministre qui a préféré minimiser l’effet de l’épidémie dans les écoles pendant tout ces mois, plutôt que de se donner les moyens de concerter les personnels, planifier, construire des protocoles sanitaires adaptés à la situation. La gestion de crise incombe en urgence une nouvelle fois aux collègues sans leur fournir les moyens humains et matériels nécessaires. Depuis 2 ans les personnels d’éducation, les infirmier-es scolaires, les agents territoriaux, s’efforcent d’appliquer les injonctions contradictoires de dernières minutes du ministre et d’organiser un accueil sécurisé des élèves. Pour la rentrée de janvier 2022, le ministre a poussé cette non-gestion à son paroxysme en ne communiquant que la veille de celle-ci, par les média, des nouvelles mesures sanitaires inapplicables et insuffisantes face à la propagation du virus. Ainsi la reprise engendre à nouveau une surcharge de travail ingérable et une semaine chaotique et anxiogène pour les personnels et usager-es (élèves et parents).
Cet aveuglement met en danger la santé de toutes et tous, mais aussi le suivi des apprentissages à causes des nombreuses absences qu’entraînent la Covid. Assumer de garder les écoles ouvertes sans adapter les conditions d’accueil et les programmes afin de pallier aux absences liées à l’épidémie a pour effet de renforcer le décrochage et les inégalités scolaires, déjà intensifiées par 5 années de réformes Blanquer. « Les premièr-es de cordée » (1er degré, ATSEM, AED, AESH…) sont ceux et celles qui en subissent le plus les néfastes conséquences. Un tel abandon du Ministère et une telle dégradation des conditions de travail sont intolérables !
Mais surtout, tout comme avec la continuité de la suppression des lits à l’hôpital, ce gouvernement a méthodiquement détruit le service public : suppression du nombre de postes au concours, maintient d’un budget global insuffisant, destruction des REP, renforcement des rapports hiérarchiques et des procédures disciplinaires contre les personnels défendant un service public de qualité…
Ne nous y trompons pas, le bilan catastrophique de Blanquer n’a qu’un seul objectif : libéraliser toujours plus le service public d’éducation.
Leur politique est claire, notre mobilisation doit l’être aussi : en action dès aujourd’hui pour défendre nos conditions de travail et l’école de demain [1]
PNG - 281.3 ko

SUD éducation Isère appelle à construire le rapport de force nécessaire par la grève et pour obtenir :

• le recrutement de personnels supplémentaires pour garantir les remplacements et un accueil sécurisé des élèves et des personnels
• la réduction des effectifs de classe afin d’accompagner les élèves selon leurs réels besoins
• l’allégement des programmes et la suppression des évaluations anxiogènes
• la mise à disposition de moyens matériels de protections sanitaires supplémentaires pour garantir la protection des personnels et des élèves
• un plan d’urgence pour l’Éducation pour faire face de manière durable à la crise sanitaire et compenser les inégalités qui se sont accrues pendant les confinements et le mandat Blanquer
• Un plan d’urgence d’investissement massif au sein du service public d’éducation
• Un recrutement massif de fonctionnaire et le dégel du point d’indice.
• la démission de Blanquer, en tant qu’agent pathogène pour le service public d’éducation.

Face à ce mépris et à l’inaction du ministre ne restons pas isolé.es et résigné.es !

Toutes et tous en grève le Jeudi 13 janvier  :

A GRENOBLE

  • 13h : Assemblée générale au Rectorat
  • 15h : Rassemblement Place de Verdun avec audience à la préfecture.

Construisons la grève reconductible jusqu’au Jeudi 27 janvier

  • journée de grève interprofessionnelle : Manif à 10h (départ à l’hôpital, parvis Belledonne, arrivée préfecture)
    PDF - 226.5 ko
    sud.educ.38-greve_13.janvier.2022


[1Nous rappelons que nous avons tou-tes des droits et qu’il est urgent de les utiliser : Remplir des fiches Sécurité et Santé au Travail (RSST), signaler des droits d’alerte et se mettre en grève (des préavis nationaux de la fédération SUD éducation nous couvrent en permanence). Nous sommes là pour vous y aider. C’est sur le terrain que nous pouvons nous réapproprier nos conditions de travail et construire un rapport de force.


Agenda

<<

2022

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
Aucun évènement à venir d’ici la fin du mois